Les tites créas de Meryem

jeudi 26 mai 2016

Liens du Blogpour Ramadan

Salam alaykoum

Ramadhan arrive dans 11jours, je vous donne le lien vers les articles Ramadan de l'année passée

http://creasmeryem.canalblog.com/archives/___ramadan___/index.html

qu'Allah vous guide et vous facilite et protège vos foyers

Meryem

Posté par Gini-Meryem à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


mardi 29 décembre 2015

Recettes pour ne rien jeter (Par Val de cuisine Freegan)

Salam alaykoum

Je trouve cet article tres bien fait très astucieux , n'oublions pas qu'en ISLAM jeter la nourriture nest pas acceptable..voici de quoi se ressourcer d'idées...

 Fini de jeter  les épluchures de pommes, poires, oranges, citrons, pommes de terre...  ou de se débarrasser négligemment des fanes de radis, de carottes,  d'oignons, de fenouil ... Mettons en valeur ces parties de légumes  bourrées de vitamines et de fibres qui trop souvent prennent la  direction du compost trop rapidement.

Recette des chips d'épluchures de tomates, carottes et pommes-de-terre<p> </p>Lavez bien les légumes avant d'en récupérer la peau que vous placez sur  la plaque du four chemisée d'un papier cuisson. Salez et parsemez  d'herbes de Provence. Enfournez à 150° pour 1 à 2 heures suivant  l'épaisseur de l'épluchure. Ou passez quelques instants dans l'huile de  friture et salez ensuite.

Tempura d'épluchures de carottes, courgettes et pommes-de-terre ;Récupérez les épluchures bien lavées des légumes et préparez une pâte à  tempura réalisée en mélangeant 1 œuf avec 80 g de farine, 20 g de  maïzena et 20 cl d'eau glacée. Trempez rapidement les épluchures dans la  pâte et jetez les dans un bain de friture.

Potage d'épluchures et de fanes de légumes<p> </p>Fanes de radis, de carottes, de céleri, épluchures de courgettes, de  carottes, d'asperges, queues de persil, vert de poireaux ou d'oignons,  feuilles extérieures des salades, cosses de petits pois vous procureront  des soupes savoureuses et économiques.

Écorces de melon ou pastèque au vinaigre,Récupérez les écorces des fruits, les éplucher légèrement afin d'en  ôter la peau verte. Taillez les pelures de melons en carrés de plus ou  moins 3 cm. Lavez les morceaux de fruits et les recouvrir de saumure  faites avec 250 g de gros sel dissout dans 2 l d'eau. Le lendemain,  égouttez et rincez les écorces, faites les cuire 45 min dans un mélange  composé de 50 cl de vinaigre de cidre, 25 cl d'eau, 300 gr de sucre, 2  bâtons de cannelle et 1 citron tranché. Mettez en bocaux et fermez. Ces  épluchures de fruits au vinaigre accompagne avec originalité les  terrines et les viandes froides.

Recette de chips sucrées de pommes ou poires ,Adorée par les enfants, cette recette s'inspire de la recette des chips  salées. Remplacez le sel par du sucre, un peu de cannelle ou de  vanille. Enfournez pour 1 heure. Les chips doivent être dorées et  caramélisées.

Gelée d'épluchures et de trognons de pommes ,Récupérez les trognons et lavez les épluchures des fruits. Placez le  tout dans une casserole, recouvrez d'eau, ajoutez le zeste et le jus  d'un citron et cuisez à petits frémissements pendant 45 minutes. Laissez  reposer quelques heures. Filtrez. Pesez le jus obtenu, ajoutez 80% de  son poids en sucre. Tout en tournant, portez la confiture à ébullition  pendant plus ou moins 15 minutes. Mettez en pots et fermez.

Zestes d'oranges et de citrons séchés ,Prélevez et lavez soigneusement les zestes des agrumes. Disposez les  sur la plaque du four et faites sécher 1 h à 100°. Tels quels, ils  parfument une tisane ou un lait chaud. Réduit en poudre, ils  rehausseront les saveurs d'un poisson.

Huile d'olive parfumée aux thym ou au romarin ,Une fois effeuillé, il ne vous reste plus que les branches encore bien  odorantes du thym ou du romarin. Alors plutôt que de les jeter,  placez-les dans une bouteille d'huile qui s'en trouvera bien  ragaillardie. Astuces : Dans la même idée,  renouez avec les trucs et astuces de nos grands-mères et transformez-les  carapaces de crevettes et de homards ou les arêtes et les têtes de  poissons en fond de bisque ou de soupe. De même pour la carcasse du  poulet qui se transforme, additionnée de quelques fanes de légumes,  d'une pomme de terre et d'un peu de crème, en un velouté gouteux à  souhaits.

 

 

Posté par Gini-Meryem à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 28 décembre 2015

Croustillons ou beignets natures

Salam Alaykoum

Me revoilà!! hé oui j vous ai prévues!! lol et pour commencer...DES BEIGNETS ou autrements dit ici en Belgique et chez les Chtis des CROUSTILLONS !!!

que j'ai améioré a mon goût!

. 250ml d'eau

 


. 25g de sucre+ 10DE SUCRE IMPALPABLE
. 25gr de levure de boulanger ms fonctionne aussi avec 1 sachet de levure chimique (perso j avais  plus que de la levure a gateau et c est impec)
. 1 œuf+3cas de miel
. 250g de farine

BEIGNETS

. Dans un grand saladier mélanger le sucre, le sel, la levure, ls oeufs/miel la farine et l'eau, bien mélanger et laisser reposer 1h
. faire chauffer votre huile et y déposer l'équivalent d'1càc, attention déposer délicatement pr ne pas s'éclabousser

-éponger sur du paier absorbant et présenter saupoudrés de sucre impalpables...un délice!!

A très bientot mes soeurs

Meryem

Posté par Gini-Meryem à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 27 décembre 2015

Salam alaykoum mes soeurs...

Salam alaykoum

Ca fait si longtemps, j'espère que vous allez bien mes soeurs  l hiver est doux,(pour le moment) lol  mais nous ne sommes qu au début..hihihi!!!

Pour moi beaucoup de changements dont Ibrahim déscolarisé doucment pour comencer IEF en septembre inch'Allah, on est bien il travaille déja très bien , son papa et moi sommes fiers d elui, lel;e si coté langage c est pas top on va le pousser il aura surment besoin de logopède mais j'ai confiance il a du potentiel pour tit chou

Pour début Janvier j ouvrirai un blog de Bienvaillance, écologie..bref pour une harmonie + douche en famille dans l'éducation et perso aussi, de nombreux lien car je vais participer a 3programme dans ces domaines, j ' y mettrai évidement les progrès d4Ibrahim....

Je vais égalment refaire la déco des blogs cette semaines, heu oui il est emps je sais mdr!!

A très bientot mes soeurs je vous embrasse,quAllah vous garde et vos famille

Meryem

Posté par Gini-Meryem à 10:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 20 novembre 2015

L’islam n’a rien à voir avec le terrorisme Cheykh al ‘Otheymine ...

 

Salam alaykoum
12243427_1518935275097902_2121665044294309378_n (2)
L’islam n’a rien à voir avec le terrorisme   Cheykh al ‘Otheymine ... Tafsir du verset 19 de la sourate Les bestiaux :   Dis : « Qu´y a-t-il de plus grand en fait de témoignage ? " Dis : « Allah est témoin entre moi et vous ; et ce Coran m´a été révélé pour que je vous avertisse, par sa voie, vous et tous ceux qu´il atteindra ." Est-ce vous vraiment qui attestez qu´il y ait avec Allah d´autres divinités ? Dis : « Je n´atteste pas ". Dis [aussi] : « Il n´y a qu´une Divinité Unique. Et moi, je désavoue ce que vous (Lui) associez ». »
« Pour que je vous avertisse » : c’est à dire que je puisse vous mettre en garde contre l’opposant et sa parole
« tous ceux qu’il atteindra » : indique que quiconque à qui le Qur’an ne parvient pas, la preuve n’a pas été établie contre lui. De même, la personne a qui il est parvenue de manière déformée.   Ainsi, la preuve n’a pas été établie contre lui, mais l’excuse de ce dernier n’est pas égal au premier lequel ne l‘a jamais atteint.
Cela car parce qu’il est du devoir de celui auquel il est arrivé d’une manière déformée d’enquêter. Néanmoins, il peut de tout coeur faire confiance à la personne qui l’a informé et ne sent donc pas le besoin de chercher plus loin. A l’heure actuelle, la religion musulmane a t-elle atteint la masse de mécréants d’une manière non faussée ?
Non, pas du tout ! Lorsque l’affaire de ces frères qui ont agi sans sagesse est sorti au grand jour, elle a faussé davantage l’image de l’Islam aux yeux des occidentaux et non-occidentaux. J’entends par cela ceux qui jettent des explosifs dans une foule de gens, en prétendant que c’est du Jihad dans le sentier d’Allah, alors qu’en réalité, ils ont apporté beaucoup plus de tort à l’Islam et son peuple que de bien.
Qu’est ce qu’on accompli ces gens ? Je vous le demande, les non-musulmans se sont-ils tourné vers l’Islam ou se sont-ils détournés de lui ? Un musulman est presque au point de cacher son visage pour éviter d’être attribué à cela, ce groupe atroce et effrayant l’Islam est exempt. L’Islam est exempt d’eux.

11233498_127886777574582_3367878864814796077_n


La lutte contre le terrorisme   Cheykh al-Fawzan
Question : Certains gens prétendent que l’Etat fait des campagnes de lutte contre le terrorisme et qu’il organise de nombreuses conférences sur le sujet mais pourquoi ne concentre-t-il pas en parallèle, ses efforts contre l’intérêt, les banques qui le pratiquent, et la débauche en général qui est répandue au sein de la société ? Quels conseils pourriez vous donner à l’auteur d’un tel discours ?
Réponse : Les savants n’ont pas failli à leur devoir dans ce domaine. De tous temps, ils mettent en garde contre l’usure et les autres péchés, ils n’ont pas négligé ces choses. Cependant l’usure représente pour la société un danger beaucoup moins grave que les kharijites, la rébellion contre l’autorité en place, la division des rangs et la contribution à l’invasion ennemie. Les péchés n’ont pas tous la même gravité. L’intérêt est certes un grand péché, il est certes condamnable, mais il reste moins dangereux pour la société que l’insurrection des kharijites contres leurs autorités. Celui qui commet l’usure et certains autres grands péchés se fait du tort à lui-même, contrairement à l’insurrection dont les préjudices touchent les musulmans et la société dans son ensemble.   Lien de la vidéo : http://www.islamsounnah.com/la-lutte-contre-le-terrorisme-…/

Celui qui défend et qui propage la pensée kharijite a le même statut qu’eux   Sheikh Al-Fawzan
Quelqu’un demande : Que pensez de quelqu’un qui fait les éloges des kharijites, les défends, les fait passer pour des vertueux, ou, dans le meilleur des cas, qui ne condamne pas ouvertement leur innovation et leur penchant à sortir les musulmans de l’Islam ? En réponse : Celui qui défend et qui propage la pensée kharijite a le même statut qu’eux. Il n’est pas différent d’eux étant donné qu’il cautionne leurs idées. Nous le traitons donc comme eux, en mettant en garde contre lui. Lien de la vidéo : http://www.islamsounnah.com/celui-qui-defend-et-qui-propag…/
Celui qui défend les terroristes fait partie d’eux, même s’il n’a commis aucun attentat avec eux !   Sheikh Al Fawzan Question : Qu’Allah soit bienfaisant envers vous. Un imam de la mosquée a de mauvaises idéologies. Il a été conseillé sur cela, mais n’a pas répondu à ce conseil, car il défend ceux qui commettent des attentats. Il dit que ce sont nos frères et que nous prenons des péchés lorsque nous les dénonçons. Quel est votre point de vue sur cette parole ? Qu’Allah vous récompense en bien : Réponse : Il n’est pas permis de se taire sur lui, s’il a été conseillé et n’a pas cessé, il est obligatoire de le dénoncer au responsable des mosquées et des imams, au bureau qui s’occupe des mosquées dans l’annexe des awqaf de Riyad. Il faut leur expliquer qu’untel dit telle et telle chose, ensuite ils adopteront avec lui la procédure adéquate car en réalité il collabore avec ceux qui ont des idéologies déviées, s’il prend leur défense et justifie leurs actes, il fait partie d’eux, même s’il ne commet pas d’attentats avec eux. Mais il les a appuyé et agrée leurs actes, il fait donc partie d’eux. Il n’est pas possible qu’il reste à la mosquée, en aucun cas. Et il n’est pas permis aux dirigeants de la mosquée de le laisser.
Lien de la vidéo : http://www.islamsounnah.com/celui-qui-defend-les-terrorist…/ Lien de la vidéo : http://www.islamsounnah.com/lislam-na-rien-avoir-avec-le-t…/gens, en prétendant que c’est du Jihad dans le sentier d’Allah, alors qu’en réalité, ils ont apporté beaucoup plus de tort à l’Islam et son peuple que de bien.
  Qu’est ce qu’on accompli ces gens ? Je vous le demande, les non-musulmans se sont-ils tourné vers l’Islam ou se sont-ils détournés de lui ? Un musulman est presque au point de cacher son visage pour éviter d’être attribué à cela, ce groupe atroce et effrayant l’Islam est exempt. L’Islam est exempt d’eux.

 


 Mise en garde contre « DAESH » et « AL-QAIDA » Sheykh Abdel-‘Azîz Ibn ‘Abdullâh Ibn Muhammad Âli ash-SHeikh
Dans le contexte actuel dans lequel se retrouvent la communauté musulmane ainsi que les autres nations, troublés par de nombreuses questions et faits incompréhensibles, il n’y a aucun doute que le nombre important d’idées dangereuses véhiculées au nom des religions, et qui gagne dans la vie des gens, au point que les gens se doivent de se déplacer ailleurs – et qu’Allâh nous en protège, Allâh – Ta’âla – nous a mis en garde contre cela, et dit : « Ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes, de ceux-là tu n’es responsable en rien : leur sort ne dépend que d’Allâh. Puis Il les informera de ce qu’ils faisaient. » [1] ‘Abdullâh Ibn Mass’oûd (radhiallâhu ‘anhu) a dit : « Ô vous les gens ! Obéissez et accrochez-vous au groupe des musulmans ! Car cela constitue la corde d’Allâh qu’Il nous a commandés de respecter. L’hostilité présente dans le groupe des musulmans, reste meilleure que l’amour dans la division. » La division et la divergence ne sont présentes que par l’ignorance et la passion. Comme le groupe (des musulmans) et l’union ne sont présents que par la science et la piété.
Certes Allâh – Ta’âla – dans ce verset, met en garde les musulmans d’être dans leur religion, comme ont été les polythéistes dans leur religion, et la division en religion est la division dans ses fondements après l’union. Ses divisions dans la religion conduisent chacun de ses auteurs à s’excommunier les uns les autres, et à se combattre ainsi dans la religion les uns contre les autres. Il n’y a pas dans la religion auprès d’Allâh, un crime qui soit plus grand après la mécréance, que le fait de diviser le groupe des musulmans, et l’union de leur cœur et de leurs paroles. Comme Allâh – Ta’âla – le dit : « Et cramponnez-vous tous ensemble au « Habl » (câble) d’Allâh et ne soyez pas divisés ; et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d’un abîme de Feu, c’est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi, Allâh vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés. » [2]
À la lumière de ces grands faits, comme en témoignent le véritable juste milieu et l’équité de l’Islâm, qui est une religion parfaite et belle, les pensées extrémistes, militantismes et terroristes, causes de corruption sur terre et de destruction des cultures, n’ont absolument rien à voir en quoique ce soit avec l’Islâm. Mais au contraire, tout ceci est ennemi de l’Islâm avant tout. Et les musulmans sont les premières victimes de ce fléau, comme en témoignent les crimes perpétrés par le groupe « Daesh » ou« Al-Qaida » et les variantes de ces groupuscules.
Nous avons en eux la véracité des propos du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) qui a dit : « Un groupe apparaitra à la fin des temps, d’âge jeune, faible d’esprit et proclamant les paroles du meilleur d’entre la création, leur foi ne dépassera pas leur gorge, ils sortent de la religion comme la flèche sort de sa cible. Où que vous les rencontriez, tuez les car il y a dans leur assassinat une récompense le Jour de la Résurrection pour celui qui les tue. » [3] Ces groupes précités sont sortis « Khâridjiyah » et ne sont pas comptés parmi les musulmans, ni parmi les gens suivant fermement la voie droite, bien au contraire, ils ne sont qu’une extension des « Khawâridjs » qui ont été la première secte divisée en Islâm par le fait de leur excommunion [Takfîr] appliquée sur les musulmans pour leurs péchés commis. Ils ont rendu licite le sang et les biens des musulmans auteurs de péchés.
Nous faisons appel, à cet égard, à l’unification de nos efforts et à coordonner le prêche en Islâm et le développement de l’éducation, et de renforcer l’idée du juste milieu et de l’équité, découlant de notre véritable Législation islamique [Charî’ah]. Il faut établir un plan clair et précis, avec des objectifs concrets et un schéma d’encadrement dans la mise en œuvre de ces objectifs à atteindre. [4]
Notes :   [1] Coran, 6/159   [2] Coran, 3/103   [3] Lire le commentaire des savants pour une meilleur compréhension et interprétation du hadîth.   [4] Résumé de l’avis du Mouftî du royaume d’Arabie Saoudite, SHeikh ‘Abdel-‘Azîz Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve), sur les évènements et actualités.

Posté par Gini-Meryem à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


jeudi 24 septembre 2015

Aïd Moubarak Saïd !

 

bismillah21_1egm_1agv

Salam alaykoum wa ramatoullah wa barakatouh

Je vous souhaite à toute et à toute et votre famille Aïd Moubarak Saïd !
Qu'Allah vous accorde sa miséricorde, vous couvre de sa protection
et vous permette de fêter ensemble encore de nombreuses fêtes de l'Aïd
Meryem et sa petite Famille

pour l eid al adha (1)

Posté par Gini-Meryem à 13:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 22 septembre 2015

Taqaballahou mina wa articles sur les règles de l'Eid

SALAM ALAYKOUM

Je vous souhaite un merveilleux Eid à tout(e)s qu Allah fasse de cette journée un moment de bonheur en familles entres frères et soeurs

Taqaballahou mina wa minkoum

Meryem

ImageProxy

Les règles de l’Aïd  

et sa bienséance  

La fête des musulmans  

       

Le Prophète — paix et bénédictions sur lui — a dit : « Toute nation a    ses festivités et voici les vôtres. » Ici, le prophète indique que les deux Aïd sont des fêtes spécifiques aux musulmans.
             Les musulmans n’ont pas de festivité à l’exception de l’Aïd al-Fitr et l’Aid al-Adhâ. Anas (qu’Allah l’agrée) a dit : « Le Messager    d’Allah (paix et bénédictions sur lui) vint à Médine alors que les habitants de cette cité avaient deux fêtes. Durant ces deux jours, des défilés et des festivités avaient lieu. Le Prophète (paix    et bénédictions sur lui) interrogea les Ansâr (les musulmans de Médine) à ce propos. Ils lui répondirent qu’avant l’Islam, ils avaient l’habitude d’organiser des défilés durant ces deux jours de    fête. Le Prophète (paix et bénédictions sur lui) leur dit : « À la place de ces deux jours, Allah vous a choisi deux autres jours qui sont meilleurs, ceux    de l’Aïd al-fitr et de l’Aïd al-Adhâ. » » (Rapporté par Abû Dâwûd, 1134)
  

                  Ces deux fêtes font partie des bienfaits d’Allah pour lesquels nous devons faire preuve de considération et dont nous devons comprendre le sens. Nous    allons à présent évoquer les règles du jour de l’Aïd et ses bienséances.

Les règles du jour de l’Aïd  

1.      L’interdiction du jeûne : Il est interdit de jeûner le jour de l’Aïd selon le hadith d’Abû    Sa’îd Al-Khudrî (qu’Allâh l’agrée) dans lequel il rapporte que le Prophète (paix et bénédictions sur lui) a interdit de jeûner le jour de la rupture du jeûne et le jour de l’al-Adhâ (fête du    sacrifice). (Rapporté par Muslim, 827)       

2.      Assister à la prière de l’Aïd : certains savants    sont d’avis que la prière de l’Aïd est obligatoire. Ceci est l’opinion des savants hanafites et de cheikh Al-Islâm Ibn Taymiyah. D’autres savants disent qu’elle est si une partie suffisante de la    communauté s’en acquitte, l’autre partie de la communauté en est déchargée. Ceci est l’opinion des savants hanbalites. Un troisième groupe de savants est d’avis que la prière de l’Aïd est une    sunna fortement recommandée. Ceci est l’opinion des Malékites et des Chaféites. 

3.      Accomplir des prières surérogatoires : il n’y a pas    de prières surérogatoires à accomplir avant ni après la prière de l’Aïd. Ibn ‘Abbâs (qu’Allah l’agrée) a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions sur lui) avait l’habitude de sortir le jour    de l’Aïd et de faire deux cycles de prière sans les faire précéder ni suivre d’aucune autre prière. Ceci s’applique lorsque la prière est effectuée à l’extérieur. Cependant, si la prière de l’Aïd    est effectuée dans une mosquée, il faut accomplir la prière de salutation de la mosquée. 

4.      Les femmes assistent à la prière de l’Aïd : selon    la sunna du Prophète (paix et bénédictions sur lui) tout le monde doit assister à la prière de l’Aïd et se comporter avec droiture et piété. La femme indisposée ne doit pas négliger le rappel    d’Allah ni fuir les lieux où l’on se rassemble pour rechercher la science et évoquer Allah, à l’exception des mosquées. Les femmes, bien entendu, ne doivent pas sortir sans leur hidjab    (voile).  

Les bienséances de l’Aïd 

1.      Prendre un bain rituel (le Ghousl) : une des bonnes    manières qu’il convient de respecter lors du jour de l’Aïd est de prendre un bain rituel avant de se rendre à la prière. On rapporte que Sa’îd Ibn Jubayr a dit : « Trois choses sont recommandées le jour de l’Aïd : la marche (vers le lieu de prière), prendre un bain rituel et manger quelque chose avant de sortir (s’il s’agit de    l’Aïd al-Fitr). »  

2.      Manger avant de sortir : il ne faut pas se rendre    au lieu de prière le jour de l’Aïd al-Fitr sans avoir mangé quelques dattes. Le hadith rapporté par Al-Bukhârî selon Anas Ibn Mâlik stipule : « Le Messager de Dieu (paix et bénédictions sur lui) ne sortait jamais le matin de l’Aïd al-Fitr sans avoir mangé quelques dattes et il en mangeait un nombre impair. »     En ce qui concerne l’Aïd al-Adhâ, il est recommandé de ne pas manger avant la fin de la prière lorsqu’il s’agit de manger la viande du sacrifice.  

 

3.      Le takbîr[1] le jour de l’Aid : C’est un des plus importants actes recommandés de ce jour. Ad-Dâraqutnî et d’autres ont rapporté que    lorsqu’Ibn ’Umar (qu’Allâh l’agrée) sortait le jour de l’Aïd al-Fitr ou de l’Aïd al-Adhâ, il s’appliquait à faire le takbir tout le long du chemin vers le lieu de prière et il continuait    jusqu’à l’arrivée de l’imam

4.      Se féliciter    mutuellement : les musulmans pourront    échanger leurs vœux et peu importe la forme. Ils peuvent, par exemple, dire « Taqabbal-Allâhu minnâ wa minkum » (qu’Allâh agrée nos bonnes actions et les vôtres). Jubayr Ibn Nufayr a dit : « Au temps du Prophète (paix    et bénédictions sur lui) lorsque les musulmans se rencontraient le jour de l’Aïd, ils disaient « Taqabbal-Allâhu minnâ wa minka » » (Rapporté par Ibn    Hajar).  

5.      Porter ses plus beaux vêtements : Jâbir (qu’Allah    l’agrée) a dit : « Le Prophète (paix et bénédictions sur lui) avait une cape qu’il portait le jour de l’Aïd et le vendredi.     »Al-Bayhaqî a rapporté qu’Ibn ‘Umar portait ses plus beaux vêtements le jour de l’Aïd, les hommes pouvaient alors montrer les plus beaux vêtements qu’ils    possédaient lorsqu’ils sortaient pour la prière.  

6.      Changer de chemin en revenant du lieu de prière[2] : Jâbir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah l’agrée) a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions sur lui) empruntait un chemin différent en revenant de la    prière de l’Aïd. (Rapporté par Al-Bukhârî) Allâh le Très-Haut sait mieux.  

       

[1] Le fait de dire Allâhou Akbar Allâhou Akbar Allâhou Akbar !      lâ ilâha illa Allâh ! Allâhou akbar Allâhou Akbar walillâh il-hamd...    

[2] La sagesse expliquant ce changement de chemin est de voir      plus de gens et échanger les vœux avec eux, et Allah sait mieux

 

Posté par Gini-Meryem à 23:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L Eid al adha sera là dans 2 jours pour vous quelques liens....

Salam alaykoum

J espere que tout va bien pour vous mes soeurs

L Eid al adha  sera là dans 2 jours pour vous quelques liens

Pour les enfants IEF et Bricolage...

https://www.pinterest.com/oumibo/ief-islamhajj/

Posté par Gini-Meryem à 13:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 15 juillet 2015

L'eid bientot..des liens pour vous et vos enfants ( déco,cuisine...)

 

 

 

104906867

J'espère que le ramadhan se termine bien pour vous mes soeurs,Lheur est aux préparartifs pour l'Eid ; Je ne sais pas quels sont vos projets, alors je me suis dot que partager quelques créas seraient bien, amusez vous bien qu allah vous récompense et vos enfants pour les quelques créas qu il pourront réaliser avec vous

Meryem

Pour faire patienter les enfants,des coloriages : https://www.pinterest.com/oumibo/ief-islamcoloriage/

et des vidéos : https://www.pinterest.com/oumibo/ief-islam-vid%C3%A9os/

Bricolage pour enfants : https://www.pinterest.com/oumibo/ief-islambricolage/

Une belle déco : https://www.pinterest.com/oumibo/islameid-ramadhan-d%C3%A9co-de-table/

Pour un bon repas en famille : https://www.pinterest.com/oumibo/islamramadan-et-eid-recettes/

Et pour garder un air de Maroc et ses délices  https://www.pinterest.com/oumibo/marocd%C3%A9licieux/

Et soyns belles : https://www.pinterest.com/oumibo/henn%C3%A9-henna/

Posté par Gini-Meryem à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 7 juillet 2015

Kaak d Achoura.......revisités...

salam al

Ah ça fait longtemps que jai pas passe du temps devant mon four, Achoura est une bonne occasion de mettre la main dans la pate!!!!  Alors jai repéré cette recette dune soeur à grand talent!!!

http://amounamazyouna.over-blog.com/article-kaak-d-achoura-2-91307125.html

Bien sur je l ai REVISITE , ban oui cest un toc chez  moi!!! lol  et tout ça en compagnie de ma tite maman, un bon moment entre nous!!!!  et cela fera grand plaisir  à mon tit homme,car ces biscuits sont d origine marocaine....

4oeufs - 250gr de beurre fondu -1 verre d huile - 1,5 verre de sucre - 1Kg defarine - 1c à c delevure en sachet - 1verre de graines de sésame - 1 verre d eau de fleur d oranger  et 2verres de poudre de cacao pur (ou intense selection de carrefour)

Mélanger sucre levure , farine, et les oeufs entiers battus  ensuite ajouter tout les ingrédients  liquide et terminer avec le sésame et la poudre de cacao; bien malaxer,

Faire des boudins emballer dans du plastique alimentaire et laisser 30 min au réfrigérateur, sortez les pates couper en tronçons de 1cm d'épaisseur mettre sur platine farinée et cuire 5 à 10 minutes

SAHA FTOURKOUM

KAAK ACHOURA

Posté par Gini-Meryem à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 3 juillet 2015

RAMADHAN cours 15-fin Rester ferme après Ramadan


Rester ferme après Ramadan
Shaykh ‘Abdullah Ibn Salih Al-Fawzan
Sufyan Ibn 'Abdillah (radiallahu ‘anhu) a dit : « ô messager d'Allah, dis-moi quelque chose sur l’islam, sur laquelle je n’interrogerai personne après toi. Il  dit : « Dis : « Je crois en Allah » et ensuite reste ferme (sur cela). » [1]
Ce hadith est la preuve que le serviteur est obligé, après avoir cru en Allah, de persévérer et d’être ferme dans son obéissance à Lui, en accomplissant les actes obligatoires et en évitant les interdits. Ceci est réalisé en suivant le Chemin Droit, qui est la Religion ferme, sans s'en éloigner à droite ou à gauche.
Si un musulman a vécu pendant Ramadan et a passé ses jours dans le jeûne et ses nuits dans la prière et que pendant ce mois il s'est habitué à faire des actes de bien, il doit rester sur cette obéissance à Allah à tout moment (après cela). Ceci est le vrai état du serviteur ('abd), en effet, le Seigneur des mois est Unique et Il est Vigilant et Témoin de Ses serviteurs à tout moment.
En effet, le fait d'être ferme après Ramadan et de rectifier ses paroles et actes est parmi les plus grands signes que la personne a tiré avantage du mois de Ramadan et qu'elle a lutté dans l'obéissance. Ce sont les signes de l'acceptation et du succès.
En outre, les actes d'un serviteur ne s’arrêtent pas avec la fin d'un mois et le commencement d'un autre. Plutôt ils continuent et s'étendent jusqu’à ce que vienne la mort, car Allah dit :
« et adore ton Seigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude (la mort). » [sourate Al-Hijr : 99]
Si le jeûne de Ramadan prend fin, le jeûne volontaire est toujours prescrit pendant l'année entière et la louange est à Allah. Etre debout dans la prière la nuit pendant Ramadan prend fin, mais l'année entière est un temps pour accomplir la prière de nuit. Et si Zakatul-Fitr prend fin, il y a toujours la Zakat  obligatoire, de même que l’aumône volontaire qui dure l'année entière. De même pour la récitation du Qur'an et la réflexion sur sa signification et que tous les autres actes pieux qui sont aimés, ils peuvent être faits à tout moment. Parmi les nombreuses générosités qu'Allah a accordé à Ses serviteurs est qu'Il a placé pour eux de nombreux types différents d’actes d'adoration et Il a fourni beaucoup de moyens pour faire de bonnes actions. Donc, l'enthousiasme et l'ardeur du musulman doivent être constants et il doit rester au service de son Maître.
Il est malheureux de trouver certaines personnes accomplissant différents types d'actes pieux pendant Ramadan – préserver strictement leurs cinq prières quotidiennes dans le masjid, réciter abondamment le Qur'an et donner l’aumône. Mais quand Ramadan prend fin, ils deviennent paresseux dans leur adoration. Parfois, ils abandonnent même les obligations, et généralement la prière en congrégation et spécifiquement, la prière du Fajr!
Et ils commettent même des actes interdits comme de dormir aux temps des prières, se rendre aux lieux de sottise et de divertissement et se mélangeant dans les parcs, particulièrement le jour du 'Id! L'aide contre ces maux vient seulement par la Grâce d'Allah. Ainsi, ils démolissent ce qu'ils ont construit et ils détruisent ce qu'ils ont établi. C'est une indication de privation et un signe de perdition. Nous demandons à Allah Sa protection !
En effet, ces gens prennent le repentir et l’arrêt des mauvaises actions comme quelque chose de spécifique et limité (seulement) au mois de Ramadan. Donc ils arrêtent de faire ces (bons) actes quand le mois s'arrête. Ainsi, c’est comme s'ils avaient abandonné des péchés pour Ramadan et pas par crainte d'Allah! Combien est grand le mal de ces gens qui ne connaissent Allah que pendant Ramadan!
Vraiment, le succès qu'Allah accorde à Son serviteur réside dans le jeûne de Ramadan. Et Allah l’aide à faire ce qui est une grande bénédiction. Ainsi, cela appelle le serviteur à être reconnaissant envers son Seigneur. Et cette compréhension peut être trouvée dans la Parole d'Allah, après avoir achevé la faveur du mois de jeûne :
« Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants » [sourate Al-Baqara : 185]
Donc celui qui est reconnaissant en l'ayant jeûné, restera sur cette condition et continuera à accomplir des actes pieux.
En effet, la vrai musulman est celui qui loue et remercie son Seigneur pour lui avoir accordé la capacité de jeûner et d’accomplir le qiyam (la prière de nuit). Sa condition après Ramadan est meilleure que celle avant Ramadan. Il est plus prêt à obéir, désirant faire de bonnes actions et s’empresse d’accomplir les actes obligatoires. Car il a tiré avantage de cette grande école (Ramadan). Celui qui craint que son jeûne ne soit pas accepté, en effet Allah accepte seulement de ceux qui ont la taqwa (crainte emprunte de piété et plus encore, obéissance à Allah et éloignement de Ses interdits).
Les pieux prédécesseurs luttaient pour compléter et perfectionner leurs actes, espérant ensuite, qu'ils seraient acceptés et craignant qu'ils soient rejetés. Des narrations de 'Ali (radiallahu ‘anhu) rapportent qu'il a dit : « Soyez plus concerné par l’acceptation de vos actes que par l'acte lui-même. N’avez-vous pas entendu Allah dire :
« Allah n’accepte que de ceux qui ont taqwa » [sourate Al-Ma'ida : 27] [2]
'Aisha a dit : « J'ai interrogé le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) concernant le verset :
« Et ceux qui donnent ce qu'ils donnent (c'est-à-dire, l’aumône et d'autres bonnes actions), tandis que leurs cœurs tremblent par crainte. »
Sont-ils ceux qui boivent de l'alcool et volent ? » Il (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Non, ô fille de As-Siddiq. Mais plutôt ils sont ceux qui jeûnent et prient et donnent l’aumône, craignent qu'ils ne soient pas acceptés d'eux. Ils sont ceux qui se précipitent pour faire de bonnes actions et ils sont les premiers pour les faire. »
Donc prenez garde, prenez garde- de retourner en arrière après avoir atteint la guidée, de s’égarer après la persévérance! Et demandez à Allah de vous donner l'endurance dans l’accomplissement des actes pieux et la constance dans l’accomplissement des bonnes actions. Et demandez à Allah qu'Il vous accorde une bonne fin, afin qu'Il accepte notre Ramadan.


Notes de bas de page : [1] Sahih Muslim (n°38) [2] Lata'if-ul-Ma'arif (pg. 246)
Article tiré du site al-manhaj.com Source : Ahadith As-Siyam : Ahkam wa Adab (pg. 155-157) Traduit par les salafis de l’Est

Posté par Gini-Meryem à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 30 juin 2015

Ramadhan Cours 13 et 14

Zakat el Fitr (de la rupture du jeûne)

L’aumône de la rupture du jeûne est une obligation (Wajiba) Pour chaque musulman. La preuve est tirée du Hadith : d’après Ibn ‘Omar ( Qu’Allah l’agrée) : « Le Messager d’Allah ( Paix et bénédictions sur lui ) a rendu obligatoire l’aumône de la rupture du jeûne par un saa’ de dattes ou un saa’ d’orge, pour chaque esclave ou personne libre,mâle ou femelle, petit et grand parmi les musulmans. Puis il a ordonné qu’elle soit remise avant que les gens ne se rendent à la prière (de l’Aïd) » [1].
La sagesse de zakat el fitr : D’après Ibn ‘Abbass (Qu’Allah l’agrée) : « Le Messager d’Allah ( Paix et bénédictions sur lui ) a imposé l’Aumône de la rupture du jeûne car elle purifie le jeûneur des paroles futiles et indécentes, de même qu’elle est une nourriture pour les pauvres. Celui qui l’accomplit avant la prière, elle sera une Zakat acceptée, quant à celui qui la donne après la prière, elle ne sera qu’une aumône parmi les aumônes » [2]
Pour qui la zakat el fitr est-elle obligatoire ? Elle est un devoir pour tout musulman libre, qui a de quoi se nourrir lui et sa famille pour au moins un jour et une nuit et qui dispose d’un surplus de nourriture. Celui-ci se doit de la sortir pour lui et tout ceux qui sont à sa charge, tels que sa femme, ses enfants, ses employés…Bien sûr, à condition que ceux-là soient musulmans.[3]
La mesure de zakat el fitr : Il doit sortir pour chaque personne à sa charge, la quantité de ½ saa’ de blé (Qamh) ou 1 saa’ de dattes, ou 1 saa’ d’orges ou 1 saa’ de lait desséché ou d’autres aliments que mangent les gens du pays, tels que le riz, les graines, les raisins secs… [ Soulignons que le ½ saa’ est spécifique au blé] La preuve est tirée du Hadith de Abou Saïd Al Khoudri (Qu’Allah l’agrée) : « (Du temps du Prophète ( Paix et bénédictions sur lui ) nous sortions la Zakat El Fitr d’1 saa’ de nourriture,ou bien 1 saa’ d’orge, ou 1 saa’ de dattes, ou 1 saa’ de lait desséché, ou 1 saa’ de raisins secs » [4]. Quant au blé, la preuve se trouve dans le Hadith rapporté par l’imam Tahaoui, Vol 2 P42.
Qu’est-ce qu’1 saa’ ?C’est une mesure qui équivaut à environ 3 Kg (entre 2.5 Kg et 3 Kg) .[5]

La nature de Zakat el fitr : Il est très important de savoir que la majorité des juristes (Fouqaha) n’ont pas permis de sortir l’Aumône de la rupture du jeûne par son équivalent (El Quima), c’est à dire en argent ou autres. Quand à abou Hanifa, il l’a permis[6]. Toutefois la parole d’abou Hanifa ne peut être prise en considération, avec tout le respect et l’amour que nous avons pour nos Imams et nos Savants d’Ahl us-Sounnah. Nous allons répondre en 10 points à ceux qui se fanatisent sur cet avis. En cas de divergence comme c’est le cas ici, Allah nous dit :
Traduction relative et approchée :
"Puis si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et à Son Messager[7]… " S4 V59

1) L’avis d’Abou Hanifa (Qu’Allah l’agrée) est un effort de réflexion de sa part, donc cela l’expose soit à tomber juste ou bien à se tromper, mais dans les deux cas il a une récompense, car c’est un « Moujtahid » [8]. Quant à la récompense, elle est tirée du Hadith : « Lorsque le juge fait un effort (dans un jugement), s’il tombe juste il aura deux récompenses et s’il se trompe il n’a qu’une récompense » [9]
2) La majorité des juristes s’est limitée à ce qui a été rapporté dans la Sounnah quant au fait de la sortir en nourriture.
3) A travers les Hadiths que nous avons cités, nous voyons que c’est le Prophète ( Paix et bénédictions sur lui ) qui a ordonné de la sortir en nourriture et Allah a dit dans le Coran : Traduction relative et approchée :
"Ô vous qui avez cru, ne devancez pas Allah et Son Messager [10]" S49 V 1.
A partir de ce moment, il ne nous est pas permis de devancer une parole sur celle d’Allah et de Son Prophète ( Paix et bénédiction sur lui ) Allah nous dit : Traduction relative et approchée :
"…Ce que le Messager vous donne prenez-le et ce qu’il vous interdit abstenez-vous en et craignez Allah car Il est dur en punition " S59 V7
4) Quant à ceux qui disent que notre époque est différente, il faut savoir que le Coran est valable pour tous les temps et tous les lieux. De même, nous pouvons ajouter à cela que l’argent existait déjà du temps du Prophète( Paix et bénédiction sur lui ) et l’on constate cela à travers le troisième piliers de l’Islam qui est la « Zakat » dont l’une de ses catégories est l’argent.
5) S’il avait été préférable de donner la Zakat El Fitr en argent au lieu de la nourriture, les compagnons du Prophète (Qu’Allah les agrées) qui étaient les meilleurs hommes que la terre n’ait jamais porté, l’auraient autorisé.
6) Si cela était permis, Allah nous l’aurait légiféré, or Allah nous dit : Traduction relative et approchée :
"Et ton Seigneur n’oublie point " S19 V64
7) Donner la Zakat El Fitr en nourriture, c’est faire revivre la Sounnah du Prophète (Paix et bénédiction sur lui )
8) Le Prophète( Paix et bénédiction sur lui ) a dit :
« Celui qui fait une œuvre non conforme à nos enseignements, elle sera rejetée » [11]
9) L’avis qui dit qu’il est permis de donner la Zakat El Fitr en argent est un effort de réflexion tiré de la raison (Ray), quant à l’avis qui dit que l’on doit la sortir en nourriture, c’est une révélation (Wahy) et Allah a dit au sujet du Prophète ( Paix et bénédiction sur lui ) : Traduction relative et approchée :
« Et il ne prononce rien sous l’effet de la passion ; Ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée » S53 V3&4
10) Il ne faut pas oublier qu’Allah a dit : Traduction relative et approchée :
« …Vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [ à suivre] pour quiconque espère en Allah et au jour dernier …» S33 V21
Parmi les contemporains qui soutiennent cet avis, il y a le cheikh Mouqbel[12], savant du Hadith au Yémen, Le grand juriste cheikh Ibn Baz [13], Ainsi que le savant Ibn Jibrine [14], le grand cheikh Ibn ‘Otheimine [15] et beaucoup d’autres parmi les savants de Ahl us-Sounnah [16]. Bien sûr, cette liste de noms a été citée en tant que témoignage et non pas par fanatisme envers ces hommes, car ce qui nous importe, c’est le Coran, la Sounnah et la voie des compagnons uniquement.
Quand doit-on sortir la zakat el fitr ? D’après le Hadith d’Ibn ‘Omar (Qu’Allah l’agrée) :
« Le Messager ( Paix et bénédiction sur lui ) nous a ordonné de sortir la Zakat El Fitr et de la donner avant que les gens ne sortent pour la Salaat » [18]
On peut également la donner un ou deux jours en avance, mais pas au-delà. La preuve de cela est tirée du Hadith d’après Nafée’ qui dit qu’Ibn ‘Omar (Qu’Allah l’agrée) la donnait à ceux qui en avaient le droit. Il leur remettait un ou deux jours avant la rupture ( fin du mois de Ramadhan)[19].
Par contre, il n’est pas permis de la retarder après ce temps légal, sans aucune excuse. Comme cela est spécifié dans le Hadith cité plus haut :
« …Celui qui l’accomplit avant la prière, elle sera une Zakat acceptée… ».

A qui doit-on donner la Zakat El Fitr ? Elle doit être donné aux pauvres, d’après le Hadith d’Ibn ‘Abbass (Qu’Allah l’agrée) cité plus haut : « … et elle est aussi une nourriture pour les pauvres …».
Elle peut être donnée à un proche qui est dans le besoin ou à tout nécessiteux. Cela concerne la personne ayant juste de quoi subvenir aux besoins de sa famille ou moins que cela.
…Et Allah est plus Savant

Ouvrages de références : Fiqh as Sounnah de Saïd Sabaq Ijabat Assaïline de cheikh Mouqbel Al Wadi’i Al Wajiz fi Fiqhi Sounnati wal Kitabou al ‘Aziz Boulough al Maram d’Ibn Hajr al ‘Asqualani Fatawi Zakat d’ibn Baz, ibn Otheimine, ibn Djibrine et Lajnatou Daïma lil IFTA Irchadou Sary Hibadatou el Bary du cheikh Abou Malik, Mouhammad Ibrahim al Chaqrah Foussoul Siyam wa Tarawih wa Zakat de cheikh ibn ‘Otheïmine Minhaj al Mouslim du cheikh Abou Bakr Djaber Al Djazaïri

Recherche de abou Hajar
[1] Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi, Abou Daoud, Nassaï et Ibn Maja. [2] Hadith hassan (bon) rapporté par Ibn Maja et Abou Daoud « …une aumône parmi les aumônes » : C’est à dire une Sadaqat. [3] Ceci est tiré du Hadith d’ibn ‘Omar (Qu’Allah l’agrée) rapporté par al Bayhaqui et Daraqoutni, Hadith classé Sahih. [4] Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi, Abou Daoud, Ibn Maja et Nassaï. [5] Tiré du livre Foussoul Fi Siyam wa Tarawih wa zakat, voir P30-31, chapitre zakat El Fitr . [6] Ceci est évoqué dans le commentaire du Sahih Mouslim par le savant An-Nawawi, Vol 7 P60. [7] « …Allah et à Son Messager » : C’est à dire au Coran et à la Sounnah (Extrait du tafsir d’Ibn Kathir) . [8] « Al Moujtahid »[8] : C’est celui qui a un niveau très élevé dans la science et qui est en mesure de tirer des lois à partir des textes, pour les détails consultez Oussoul min ‘Ilm Al Oussoul de Cheikh Ibn ‘Otheimine. [9] Rapporté par Al Boukhari N°7352 et Mouslim N°1716 [10] « …ne devancez pas Allah et Son Messager » :C’est à dire dans vos décisions et vos initiatives. [11] Rapporté par Al Boukhari et Mouslim [12] Voir Ijabat El Saïline P 125 [13] voir Fatawa Zakat P 76-77 [14] voir même ouvrage P74 [15] voir Foussoul fi Siyam wa Tarawih wa Zakat P30-31 [16] Pour ceux qui désirent consulter un ouvrage en français : Minhaj mouslim ( La Voie du musulman) d’abou Bakr Djaber al Djazaïri , chapitre de la Zakat. Pour les arabisants qu’ils consultent le même ouvrage, version arabe P322 dernière édition. [17] voir Kitab Irchadou Sary Hibadatou El Bariy P22. [18] Rapporté par Al Boukhari et Mouslim et autres. [19] rapporté par Al Boukhari.
Tiré du site Al Baida

 

L'Aïd, prière et actes recommendé ce jour

A propos du ‘Id

Son obligation :
La prière du ‘Id est obligatoire pour les hommes et les femmes, car le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) l’a constamment accomplie et qu’il a ordonné aux femmes de sortir de chez elles pour y assister. Umm ‘Atiyyah rapporte : « On nous a ordonné de faire sortir les vieilles femmes ainsi que les jeunes filles. » (Al-Bukhârî et Muslim)

Hafsah bint Sîrîn rapporte : « Nous interdisions à nos jeunes filles de sortir pour se rendre à la prière du ‘Id. Une femme vint et elle s’installa à la citadelle de Banî Khalf. Je me rendis auprès d’elle et elle m’informa que le mari de sa soeur avait participé à douze batailles avec le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam), et que sa sœur était avec lui dans six de ces batailles. Elle lui dit : « Nous nous occupions des malades et des blessés. » Elle dit : « Ô Messager d'Allah ! Y a-t-il un mal à ce que l’une d’entre nous ne se rende pas à la prière du ‘Id si elle ne trouve pas de Jilbab ? » Il dit : « Qu’une de ses sœurs la vêtisse d’un de ses jilbabs, et qu’elles assistent au bien et aux invocations des croyants. » (Al-Bukhârî et Muslim)


Son temps :
Zayd ibn Khumayr Ar-Rahabî rapporte : « ‘Abd Allah ibn Bisr, le compagnon du Messager d'Allah (salallahu’ alayhi wa salam) sortit en compagnie des gens le jour du ‘Id de la rupture (du jeûne) ou du sacrifice et il réprouva le retard de l’imam. Il dit : « A cette heure, nous avions déjà fini (à l’époque du Prophète) » Et c’était lorsque le soleil se levait clairement dans le ciel (At-Tasbîh). » (Sahîh Abû Dâwûd)


Accomplir la prière à la Musallâ (plutôt qu’à la mosquée) :
Les hadiths précédents nous montrent que le lieu d’accomplissement de la prière du ‘Id est un lieu vaste en dehors de la ville (Al-Khalâ’) et non la mosquée. Le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) l’accomplissait là-bas, lui et ceux qui l’ont suivi.


Fait-on l’adhan et l’iqâmah ?
Ibn ‘Abbâs et Jâbir ibn ‘Abd Allah rapportent : « On ne faisait l’adhân ni le jour de la rupture (du jeûne), ni le jour du sacrifice. » (Al-Bukhârî et Muslim)
Jâbir rapporte : « Le jour de la rupture (du jeûne), il n’y a pas d’adhân lorsque l’imam arrive, ni après qu’il soit arrivé. Il n’y a pas non plus d’iqâmah, d’appel ou quoi que ce soit, ni appel ni iqâmah » (Muslim)


Description de la prière :
La prière du ‘Id est composée de deux Raka’ât dans lesquelles on prononce douze takbîr (Allahu Akbar) : sept dans la première, après le takbir d’ouverture et avant la lecture, et cinq dans la deuxième avant la lecture :

‘Amr ibn Shu’ayb rapporte d’après son père, d’après son grand-père que le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) a prononcé sept takbîr dans la première raka’a et cinq dans la deuxième. (Sahîh Ibn Mâjah)

‘A’ishah rapporte : « Pour (les prières) de la rupture (du jeûne) et du sacrifice, le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) a prononcé sept et cinq takbir, sans compter les deux takbir de l’inclinaison. » (Al-Irwâ, 639)


Que doit-on y réciter ?
An-Nu’mân ibn Bashîr rapporte : « Le Messager d'Allah lisait pour les prières des deux ‘Id et du vendredi, (les sourates) Al-‘Alâ et Al-Ghâshiyah. » (Al-Irwâ, 644)

‘Ubayd Allah ibn ‘Abd Allah rapporte : « ‘Umar sortit pour la prière du ‘Id et il envoyait quelqu’un demander à Abû Wâqid Al-Laythî : Que récitait le Prophète en ce jour ? Il dit : « (Les sourates) Qâf et Al-Qamar. » (Al-Irwâ, 3/118)


Le sermon se fait après la prière (au contraire de la prière du vendredi) :
Ibn ‘Abbâs rapporte : « J’ai assisté à la prière du ‘Id avec le Messager d'Allah, Abû Bakr, ‘Umar et ‘Uthmân, et tous priaient avant le sermon. » (Al-Bukhârî et Muslim)


Prier avant et après :
Ibn ‘Abbâs rapporte : « Le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) accomplit deux raka’ât le jour de la rupture (du jeûne), sans prier ni avant ni après. » (Al-Bukhârî et Muslim)


Les actes recommandés :

1) Prendre un bain (Ghusl) :
On interrogea ‘Alî à propos du Ghusl, il dit : « [Il est bon de l’accomplir) le vendredi, le jour de ‘Arafah, le jour de la rupture (du jeûne), et le jour du sacrifice. » (Al-Bukhârî et Muslim)

2) Porter de beaux vêtements :
Ibn ‘Abbâs rapporte : « Au jour du ‘Id, le Messager d'Allah portait une tunique rouge. » (As-Sahîhah)

3) Manger avant de se rendre à la prière le jour de la rupture (du jeûne) :
Anas rapporte : « Au jour de la rupture (du jeûne), le Messager d'Allah (salallahu’ alayhi wa salam) ne sortait pas sans avoir mangé des dattes. » (Sahîh At-Tirmidhî)

4) S’abstenir de manger, le jour du sacrifice, jusqu’à revenir (de la prière) et manger ensuite de la bête sacrifiée :
Abû Buraydah rapporte qu’au jour de la rupture du jeûne, le Messager d'Allah (salallahu’ alayhi wa salam) ne sortait pas sans avoir mangé, et au jour du sacrifice il ne mangeait pas jusqu’à avoir sacrifié. » (Sahîh At-Tirmidhî)

5) Emprunter deux chemins :
Jâbir rapporte : « Au jour du ‘Id, le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) empruntait deux chemins différents (pour se rendre et revenir de la prière). » (Al-Mishkâh)

6) Prononcer le takbîr :
Allah dit : « afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants ! » (Al-Baqarah, 185) Et cela concerne le jour de la rupture (du jeûne).
Et concernant le jour du sacrifice, Il dit :
« Invoquez Allah pendant un nombre de jours déterminés » (Al-Baqarah, 203)
« Ainsi vous les a-t-Il soumis (les animaux), afin que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés » (Al-Hajj, 37)

Au jour de la rupture (du jeûne), le takbîr débute lorsqu’on sort pour se rendre à la Musallâ (ou à défaut à la mosquée) et on le prononce jusqu’à ce qu’on accomplisse la prière :

Ibn Abî Shaybah rapporte d’après Zayd ibn Hârûn, d’après Ibn Abî Dhi’b, d’après Az-Zuhrî : « Le Messager d'Allah se rendait à la prière le jour de la rupture (du jeûne) et il prononçait le takbîr jusqu’à arriver à la Musallâ et accomplir la prière. Lorsqu’il l’avait accomplie, il cessait de prononcer le takbîr. » (As-Sahîhah) […]

Au jour du sacrifice, le takbîr débute à l’aube du jour de ‘Arafah et dure jusqu’au ‘Asr du dernier jour de tashrîq (3 jours après le ‘Id). Cela est rapporté authentiquement de ‘Alî, Ibn ‘Abbâs et Ibn Mas’ûd.

Quant à la manière de prononcer ce takbîr, il y a une certaine largesse en cela, « On a rapporté d’Ibn Mas’ûd qu’il le prononçait deux fois (de cette manière) : Allahu Akbar, Allahu Akbar, Lâ ilâha Illallah, Allahu Akbar, Allahu Akbar, wa Lillahi Al-Hamd. » […] on rapporte également qu’il le prononçait trois fois : Allahu Akbar, Allahu Akbar, Allahu Akbar, Lâ ilâha Illallah, Allahu Akbar, Allahu Akbar, Allahu Akbar, wa Lillahi Al-Hamd. » (Al-Irwâ, 3/125).


Source : Al-Wajîz, p.156-160.

Quiconque médite sur la manière dont une grande partie des musulmans pratiquent leur religion constate qu’il y a un décalage évident entre les Textes et leur application. C’est particulièrement le cas pour les deux ‘Id que la plupart des gens considèrent comme des fêtes alors qu’elles sont avant tout des actes d’adorations dont l’élément principal est l’accomplissement de la prière.

Question :

« En ce qui concerne le fait de fêter le jour du ‘Id. Je vous rappelle le hadith de ‘Aishah dans lequel le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) est entré chez elle et qu’elle avait auprès d’elle deux petites filles qui chantaient. »


Réponse :

Premièrement, dire « fêter le ‘Id » n’est pas une expression islamique. Il n’y a pas de fête (dans le sens de festivités), c’est une chose importée en islam, il n’y a qu’un ‘Id comme l’a dit le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) à Abû Bakr dans l’histoire à laquelle tu as fait référence : « Laisse-les Abû Bakr. Chaque communauté a son ‘Id, et ce jour est notre ‘Id. » Avant toute chose, les musulmans doivent s’attacher à accomplir la prière du ‘Id à la Musallâ si cela est possible, et s’ils ne le peuvent pas, alors à la mosquée, en fonction de leur possibilités. Quant aux choses permises, elles le sont à tout moment et en tout lieu. Mais par Sa grande sagesse, le Seigneur a permis de jouer uniquement du Duff (tambour ne produisant qu’un son) et rien d’autre pour les mariages et le jour du ‘Id. Mais cela ne veut pas dire que nous devons organiser des fêtes comme le font les Européens et comme nous avons pu le constater sur les places publiques : ils amènent des instruments de musique, des orchestres et d’autres choses semblables, ils dansent, ils jouent de la musique et d’autres choses encore. Il n’y a rien de tout cela en islam. Cette permission qu’a donnée le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) est une permission individuelle, comme tu as pu le lire dans le hadith des deux petites filles. Le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) n’a pas fêté, Abû Bakr n’a pas fêté, ‘Umar n’a pas fêté, si on peut utiliser ce terme de « fête ». Seulement, si une petite fille veut jouer du Duff, et uniquement du Duff, il n’est pas permis aux adultes de le lui interdire. Voilà ce qui s’est passé, ce qui doit être accepté et qu’il n’est pas permis de réfuter. Mais de là à en tirer que l’on peut organiser des fêtes, jouer de la musique, et d’autres choses encore, c’est là une exagération qui n’est pas légiférée, et ce à l’unanimité des savants. »


Shaykh Mashûr Salmân dit : « Les actes répréhensibles dans la vie des musulmans pendant les jours de ‘Id sont très nombreux, une partie de ces actes sont également commis en dehors de ces deux jours, mais ils s’amplifient et augmentent en ces jours. Parmi ceci : « s’embellir » en se rasant la barbe, serrer la main des étrangères (toute femme qui n’est pas interdite au mariage d’une manière définitive), le fait que les femmes se découvrent, qu’elles sortent au marché et ailleurs, l’imitation des mécréants et des occidentaux dans leur vêtements, écouter de la musique, visiter spécifiquement les tombes en ce jour, distribuer des bonbons et de la nourriture dans les cimetières, s’asseoir sur les tombes, la mixité, se dévoiler sans pudeur, se lamenter sur la disparition des morts, entrer chez des femmes qui ne sont pas interdites définitivement au mariage, l’excès et le gaspillage sans limite et sans bienfait, et d’autres actes interdits encore. » (Al-Qawl Al-Mubîn, p.399-400)


Un des actes les plus répandus est sans doute celui qu’évoque shaykh Al-Albânî dans le passage suivant :

« Nous disons, le fait que les vivants visitent les morts (spécifiquement le jour du ‘Id) est une innovation, mais il n’y a aucun Texte sur cela dans la Sunna et encore moins dans le Coran qui dise (textuellement) : « le fait que les vivants visitent les morts, spécifiquement le jour du ‘Id, est une innovation », il n’y a rien de tout cela. Et on peut dire cela de toutes les innovations. Et malheureusement, bien que le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) ait dit : « toute innovation est un égarement », on ne trouve pas un seul texte dans lequel le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) aurait dit d’une chose qu’elle est une innovation. Malgré tout, les savants sont unanimes pour dire qu’il y a des milliers d’innovations apparues après le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam). Comment pouvons-nous dire qu’il s’agit d’une innovation alors que nous n’avons pas de texte disant (textuellement) que c’est une innovation ou interdit ? Par cette courte phrase indiquée par de nombreuses preuves du Coran et de la Sunna et qui est : « Si c’était un bien, ils (le Prophète et les compagnons) nous auraient précédé en cela. » Parmi les preuves, (on peut citer) la Parole d’Allah : « Et quiconque rentre en désaccord avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un autre sentier que celui des croyants, alors Nous le laisserons comme il s’est détourné, et le brûlerons en Enfer. Et quelle mauvaise destination ! » (An-Nisâ, v.115) Ce n’est pas la voie des croyants que de visiter les tombes le jour du ‘Id, et puisqu’il en est ainsi, nous résumons cette preuve et d’autres pour les gens afin qu’ils s’éloignent de toute chose inventée en disant : « Si c’était un bien, ils (le Prophète et les compagnons) nous auraient précédé en cela. »

La visite des tombes en soi est un bien, et il n’y a aucun doute en cela, mais la coutume des gens venus après les compagnons, en spécifiant cette visite au jour du ‘Id parmi tous les jours de l’année, a fait de cette visite une innovation  dans la religion à laquelle nous opposons cette phrase bénie : « Si c’était un bien, ils (le Prophète et les compagnons) nous auraient précédé en cela. ». Ainsi, il est légiféré à la base que les vivants visitent les morts, et nul besoin d’en rappeler les preuves. Et de la même manière, il est légiféré que les vivants visitent les vivants, il n’y a aucune divergence sur cela. Lorsque quelqu’un vient aux gens et leur rappelle la voie du Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) et des salafs qui l’ont suivi à la perfection, en leur disant : « Le fait que les vivants visitent les vivants le jour du ‘Id est en tout point semblable au fait que les vivants visitent les morts le jour du ‘Id. » Si tu demandes une preuve sur cela, nous te rappelons la preuve de ce que nous venons d’évoquer et qui est : le fait que les vivants visitent les morts le jour du ‘Id est une innovation. Et je pense que maintenant nous sommes tous d’accord sur ce point et totalement convaincus par cette règle que nous venons de rappeler. Nous ne pouvons délaisser cette règle et nous en détourner, car par habitude nous sommes étrangers (à la voie des croyants) et suivons les coutumes d’une manière semblable à la coutume que nous réprouvons ici et qui est que nous avons pris l’habitude de visiter les musulmans à l’occasion du ‘Id.

Nous disons donc avec une fermeté et une conviction totale que le fait que les vivants visitent les vivants au jour du ‘Id est en tout point semblable au fait que les vivants visitent les morts je jour du ‘Id. Si quelqu’un dit : ô mon frère, le fait de se visiter le jour du ‘Id est légiféré, et comme il a été rappelé aujourd’hui (plus tôt dans la conversation), pour maintenir les liens de parenté et il est possible qu’ils ne se soient pas visités depuis un ou deux ans. Cette seule chose suffit pour montrer le mal de cette visite, car ils attendent l’un sur l’autre et négligent l’accomplissement de leur obligation, qu’il s’agisse de l’obligation de visiter les morts qui adoucit les cœurs et rappelle l’au-delà, qu’ils n’accomplissent que le jour du ‘Id. De la même manière pour le maintien des liens de parenté pour lesquels ils attendent le ‘Id, (en disant) la visite le jour du ‘Id est meilleure, car la visite est en soi légiférée et le jour du ‘Id est méritoire. Pas du tout ! « Si c’était un bien, ils (le Prophète et les compagnons) nous auraient précédé en cela. » Tout ce qui confirme la première innovation (la visite des morts le jour du ‘Id) confirme la deuxième innovation (visiter les vivants spécifiquement le jour du ‘Id). Tous ceux qui condamnent la première innovation doivent condamner la deuxième innovation. Tous ceux qui doutent du caractère innové de la deuxième innovation, doutent nécessairement de l’innovation de la première, sinon ils se contredisent. »


Traduit et publié par les salafis de l’Est

Posté par Gini-Meryem à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 27 juin 2015

Ramadhan cours 11 et 12

90431159_p
 La nuit du Destin
Quand survient la nuit d’Al-Qadr ?

Par les imams Al-Albani et Ibn Al-'Uthaimin

La Nuit d'Al-Qadr apparaît dans les dix dernières nuits de Ramadan pendant une nuit impaire (c'est-à-dire 21e, 23ème, 25ème, 27ème ou 29ème). Cependant les savants diffèrent quant à savoir si elle est fixée à une de ces nuits impaires chaque année ou si elle change chaque année à une nuit impaire différente. Ci-dessous sont les avis de deux de nos grands savants, Muhammad Ibn Salih Al-'Uthaimin et Muhammad Nasir-ud-Din Al-Albani (qu’Allah leur fasse miséricorde).
La Nuit d'Al-Qadr a une Date Fixée :
La meilleure nuit du mois de Ramadan est la Nuit d'Al-Qadr, selon la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam): "quiconque accomplit la prière de la nuit, la Nuit d'Al-Qadr avec une foi ferme et en cherchant la récompense, tous ses péchés passés lui seront pardonnés." [1]
Elle est sur la vingt-septième nuit de Ramadan selon l'avis le plus fort. Une majorité de ahadith montrent cela, y compris le hadith d'Ibn Zurr Hubaysh qui a dit : "j'ai entendu Ubay ibn Ka'b dire quand on lui a rapporté que ' Abdullah Ibn Mas'ud a dit : " quiconque accomplit la prière de la nuit (chaque nuit) pendant l'année trouvera la Nuit d'Al-Qadr. " Il (Ubay ibn Ka'b) dit :"Qu’Allah lui fasse miséricorde, son intention consistait en ce que les gens ne (deviennent pas paresseux) et comptent seulement (sur une nuit). Par Celui en dehors de qui il n’y a pas de divinité digne d'adoration, c'est en effet pendant Ramadan. Et par Allah je sais quelle nuit c’est. C'est la nuit dans laquelle le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) nous a commandé d’accomplir la Prière nocturne. Elle est la vingt-septième nuit. Son signe est que le soleil monte à son après le matin brillant sans rayons." Dans une version, elle est élevée à la parole du Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam). [2]
[L’imam Al-Albani dans son livre Qiyamu Ramadan (page. 18-19)]
:point:La Nuit d'Al-Qadr doit être cherchée :
La Nuit d'Al-Qadr est dans les dix dernières nuits de Ramadan, selon la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : "cherchez la Nuit d'Al-Qadr dans les dix dernières nuits de Ramadan." [Al-Bukhari et Muslim] Et elle survient dans une des nuits impaires plus probablement que sur les autres nuits, selon la parole du prophète (prières et bénédictions d’Allah sur lui): "cherchez la Nuit d'Al-Qadr dans les nuits impaires des dix dernières nuits de Ramadan." [Al-Bukhari] Et elle est plus proche des sept dernières nuits, selon le hadith d'Ibn ' Umar que : " Quelques hommes des compagnons du messager d'Allah ont vu la Nuit d'Al-Qadr en rêve pendant les sept dernières nuits (de Ramadan). Donc le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : "je vois que tous vos rêves s’accordent qu'elle (la Nuit d'Al-Qadr) est dans les sept dernières nuits. Ainsi quiconque veut la chercher, qu’il la cherche dans les sept dernières nuits." [Al-Bukhari et Muslim] Et c'est aussi basé sur le hadith de Muslim d'Ibn ' Umar que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : "cherchez-la dans les dix dernières nuits. Mais si l’un d'entre vous faiblit ou en est incapable, qu’il ne laisse pas les sept (dernières) nuits. "
Parmi les nuits impaires dans les sept dernières nuits, elle est plus proche de la vingt-septième nuit en raison du hadith de Ubay ibn Ka'b qui a dit : " par Allah, je sais quelle nuit c’est. C'est la nuit dans laquelle le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) nous a commandé d’accomplir la Prière nocturne. C'est la vingt-septième nuit" [Muslim]
La Nuit d'Al-Qadr n'est pas fixée à une nuit précise toutes les années. Plutôt elle change constamment. Ainsi un an elle pourrait survenir la vingt-septième nuit par exemple et autre année elle pourrait arriver la vingt-cinquième nuit, selon la volonté d'Allah et Sa sagesse. Ce qui nous amène à cela est la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam): "cherchez-la (c'est-à-dire la Nuit d'Al-Qadr) quand lorsqu’il reste neuf nuits, lorsqu’il reste sept nuits, ou lorsqu’il reste cinq nuits (c'est-à-dire respectivement la 21e, 23ème et 25ème sans mentionner la 27ème)."
Al-Hafidh Ibn Hajr a dit dans Fath-ul-Bari : "l'avis le plus le plus fort est qu'elle est une nuit impaire dans les dix dernières nuits et qu'elle change constamment."
Allah a caché la connaissance de son occurrence à Ses serviteurs par pitié pour eux pour qu'ils puissent augmenter leurs actions dans sa recherche pendant ces nuits honorables, en priant, faisant du dhikr et en invoquant. Donc ils ajoutent et augmentent dans la proximité d’Allah et Sa récompense. Et Il l'a aussi caché d'eux pour distinguer, ceux qui parmi eux luttent et font des efforts, de ceux qui sont paresseux et négligents. Jusqu’à ce que celui qui lutte constamment pour quelque chose, se manifeste dans sa recherche et se donne de la peine dans sa recherche et sa réalisation.
Et peut-être qu’Allah révèle son occurrence à certains de Ses serviteurs par des signes et des signaux, qu’il peut voir, de même que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a vu le signe qu'il serait prosterné dans la boue le matin suivant. Donc il a plut cette nuit et il a prié le matin (suivant) (Fajr) dans la boue.
[L’imam Muhammad Ibn Salih Al-'Uthaimin dans son livre Majalis Shahr Ramadan (pg. 106-107)]

Notes de bas de page : [1] Rapporté par Al-Bukhari, Muslim et d'autres d’après la narration d'Abu Huraira et par Ahmad (5/318) d’après la narration de ' Ubadah Ibn As-Samat. Le complément entre [...] lui appartient et à Muslim d'après Abu Huraira. [2] Rapporté par Muslim et d'autres et il référencé dans Sahih Abi Dawud (1247)
Article tiré du site Al-Manhaj. Com Traduit en français par les salafis de l’Est

 

Al I'tikaf (la retraite pieuse)
Al I’tikaf c’est le fait de rester dans la mosquée avec l’intention de l’adoration, mais s’il n’y a pas d’intention on ne pourra pas le considérer comme un I’tikaf et la personne qui l’aura fait n’aura pas de récompense, sauf si elle reste dans la mosquée dans l’attente de la Salaatcar le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « L’un d’entre vous est toujours en Salaat tant qu’il l’attend (la Salaat)et que c’est elle qui l’empêche de retourner chez lui. »


L’I’tikafest une Sounnah pratiquée et enseignée par le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) et ne devient obligatoire que lorsque le musulman en fait serment, car le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Que celui qui a fait serment d’obéir à Allah, lui obéisse. »[1] Et lorsque ‘Omar dit : « Ô messager d’Allah ! J’ai fait serment de faire l’I’tikaf une nuit à la mosquée sacrée. », alors le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) lui dit : « Acquittes-toi de ton serment ! ».[2]


Il y a de nombreux Hadiths qui prouvent l’authenticité de l’I’tikaf comme le Hadith de al Boukhari et Mouslim, d’après Aïcha qui dit : « Le messager d’Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) faisait l’I’tikafles dix derniers jours du mois de Ramadhan jusqu’à ce qu’Allah prit sa vie. »
Mais l’I’tikaf n’est pas une obligation, car parmi les compagnons, il y en a qui le faisaient et d’autres qui ne le faisaient pas, et le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a bien dit : « Celui qui veut faire l’I’tikaf, qu’il le fasse les dix derniers jours (du mois de Ramadhan). »


L’I’tikaf peut être fait en dehors du mois de Ramadhan, mais il est préférable durant ce mois car le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) le faisait les 10 derniers jours de ce mois et lorsqu’une fois il l’a délaissé, il le rattrapa les 10 derniers jours du mois de Chawwal (mois suivant le Ramadhan)[3]
La raison pour laquelle le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) était constant dans l’I’tikaf les dix derniers jours du mois de Ramadhan, était qu’il recherchait la nuit du destin. La preuve de cela est le Hadith rapporté par Mouslim, où le Messager (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a fait une fois l’I’tikaf les dix premiers jours du mois de Ramadhan puis les dix jours suivants, et lorsqu’il apprit que la nuit du destin se situait dans les dix derniers jours du mois de Ramadhan, il y fut constant jusqu'à ce qu’il rejoignit son Seigneur. L’année de sa mort il fit l’I’tikaf les vingt derniers jours.


Celui qui fait l’I’tikafne doit pas sortir de la mosquée, sauf en cas de force majeure comme celui qui (en état d’impureté majeure après un rêve érotique) veut faire les grandes ablutions ou pour ses besoins et ceci lorsqu’il n’y a pas un lieu propice à cela dans la mosquée, de même que pour manger et boire et ceci s’il n’a pas de provisions ou qu’il n’y a personne pour lui en amener, de même s’il n’y a personne pour laver un mort et prier sur lui. Aïcha dit : « La Sounnah pour celui qui fait l’I’tikaf est qu’il ne sorte qu’en cas de force majeure. »
Celui qui a décidé de faire l’I’tikaf a décidé de faire une adoration et il ne doit l’arrêter qu’une fois qu’il a terminé les jours qu’il a eût l’intention de faire. Mais s’il sort sans aucune cause de la mosquée, il n’aura pas à le rattraper car l’I’tikaf est recommandé. C’est comme les autres adorations recommandées, tel que le jeûne surrérogatoire et l’aumône : si une personne a eut l’intention de donner une certaine somme, puis qu’il n’en donna qu’une partie seulement, il ne sera pas obligé de donner en aumône le reste. De même, s’il a décidé de jeûner un jour surrérogatoire puis qu’il le rompt en plein jour, il ne sera pas obligé de le rattraper. Mais il est quand même préférable de rattraper les adorations recommandées car le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) le faisait.
Il est Sounnah pour celui qui fait l’I’tikaf d’être en état de jeûne. Aïcha a dit : « Et la Sounnah pour celui qui fait l’I’tikaf est qu’il jeûne. »[4] Il faut savoir que le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) n’avait pas de rapport avec ses épouses ni ne les embrassait pendant son I’tikaf. Si quelqu’un en état d’I’tikaf a des rapports avec sa femme volontairement et sans qu’il ait oublié qu’il est en I’tikaf, son I’tikafsera annulé.
Mais s’il a embrassé son épouse ou l’a caressée, alors son I’tikafne sera pas annulé mais ce qui lui est demandé c’est de s’éloigner de toutes ces choses là. Allah a dit:

Traduction relative et approchée : "Mais ne cohabitez pas avec elles pendant que vous êtes en retraite rituelle dans les Mosquées."S2 V187 Et pour conclure, un dernier point important à savoir, c’est que l’I’tikaf ne se fait que dans les mosquées et seulement dans ces trois mosquées : La Mosquée sacrée à la Mecque, la Mosquée du Prophète à Médine, et la Mosquée al Aqsa à Jérusalem en Palestine.Le Prophète "_ a dit : « Il n’y a d’I’tikaf que dans les trois mosquées. »[5] 


Petite précision à ce sujet : Il est permis de faire l''Itikaf dans d'autres mosquées que les trois mosquées qui sont masjid al haram, masjid al nabawi , masjid al aqsa, à condition qu'on y prie la prière en commun. Chaykh ibn Uthaymine, entre autre, explique que le hadith de hudhayfa ibnul yaman " la i3tikaf illa fil masajidi al thalatha " signifie  que l' 'Itikaf  n'est réellement complète que dans ces trois mosquées par rapport à la noblesse, ses bienfait etc ... Ainsi, celui qui le fait dans une autre mosquée verra sa retraite pieuse valide mais elle ne sera pas complète comme si il l'avait faite dans une des Trois mosquées.
Et ceci est aussi  l'avis des imams musulmans dont  les quatre imams : l' imam Ahmed,l'imam Malik, l'imam Ash- shafi3i et abou hanifa , puis d' autres encore.

Sources :
Irchad Assari Ila ‘ibadati al baridu cheikh Mouhammad ibn Ibrahim Chaqrah, abou Malik. [3ème partie concernant le jeûne du mois de Ramadhan. P.100 à 109 ( l’I’tikaf)] La description du jeûne du Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui)pendant le mois de Ramadan. de Salim al Hilali et ‘Ali ibn Hassan ibn ‘Ali ibn Abdil Hamid al Halabi [P.91 à 95 ( l’I’tikaf )] Qiyam Ramadhan du grand savant le cheikh Mouhammad Naciroud-dine al Albani [P.34 à 41 (l’I’tikaf)] Recherche de ‘Abdoullah At-Tantany
[1] C’est à dire : qu’il s’acquitte de son serment, le traducteur. [2] Rapporté par al Boukhariet Mouslim. [3] Rapporté par al Boukhari et Mouslim [4] Rapporté par al Baïhaqui et il est authentiqe « Al irwa n°966 » [5] Hadith authentique rapporté par at-Tahawi, al Isma’ili et al Baïhaqui, d’après Houdheïfa ibn al Yamane « as-Sahiha n°2786 ».

Tiré de Al Baïda

 

Posté par Gini-Meryem à 04:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 25 juin 2015

Ramadhan cours 9 et 10

Les Actes méritoires (Moustahab)

AS-SOUHOUR

( Le repas pris à la fin de la nuit, avant la prière de l’aube). D’après Anas (Qu’Allah l’agrée) le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : «Prenez le Souhour car il y a dans le Souhour une bénédiction. » [1]
Cheikh ibnou ‘Otheïmine dit que la bénédiction (Baraka) se divise en deux : la première partie est religieuse tel que le fait d’appliquer et de suivre la Sounnah du Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) ;
la deuxième partie est corporelle tel que le fait de s’alimenter pour se fortifier, ce qui aide le jeûneur dans ce sens.
Le Souhour peut être pris avec une gorgée d’eau uniquement. D’après le Hadith rapporté par ‘Abdoullah ibnou ‘Amr (Qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Prenez le Souhour ne serait-ce qu’avec une gorgée d’eau. » [2]
Il est préférable de retarder le Souhour jusqu’à la fin de la nuit : d’après Anas, Zeïd ben Thabet (Qu’Allah l’agrée) a dit : « Nous avons pris le Souhour avec le Prophète d’Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui), puis celui-ci se leva pour la Salaat. » Je demandais alors à Zeïd, combien de temps il y avait entre le Souhour et l’Adhan (appel à la prière) ? Il me répondit : « La durée était de cinquante versets environ. » [3] (c‘est à dire le temps de lire cinquante versets environ)
Il faut préciser que ce Hadith n’ouvre pas la porte à l’innovation que l’on nomme « al Imsak », c’est à dire l’abstention de manger et autre, un certain temps avant l’Adhan comme on le trouve dans les calendriers ou à la radio. En effet, il nous est permis de manger jusqu'à l’appel de l’aube. Et en voici la preuve : D’après abou Houreïra (Qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui)a dit : «Si l’un d’entre vous entend l’appel (de la prière de l’aube) alors qu’il a son récipient à la main, qu’il ne le pose pas jusqu'à ce qu’il en finisse son besoin. » [4]

 

 

BLOG RamadaN (8)

 

Faire preuve de générosité, de bienfaisance et s’adonner à l’étude du Coran.

Ibn ‘Abbass (Qu’Allah l’agrée) a dit que : «Le Messager d’Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) était l’homme le plus généreux quant au fait de faire le bien. C’était lors du mois de Ramadhan, quand il rencontrait l’ange Djibril, qu’il était le plus généreux. Et, Djibril le rencontrait chaque nuit du mois de Ramadhan où ils étudiaient ensemble le Coran. Quand Djibril(Paix sur Lui) rencontrait le Messager d’Allah, ce dernier était plus généreux à faire le bien que le vent envoyé » [5].

S’empresser de rompre le jeûne.

D’après Sahl ben Sa’d (Qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Les gens ne cesseront d’être dans le bien tant qu’ils s’empresseront de rompre le jeûne. » [6]

Le mérite de la prière nocturne

D’après abou Houreïra (Qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Celui qui prie pendant les nuits de Ramadhan avec foi et conviction de la récompense, ses fautes passées lui seront pardonnées. » [7]

La retraite pieuse (al I’tikaf).

D’après ‘Aïcha (Qu’Allah l’agrée), le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) faisait la retraite pieuse pendant les dix derniers jours du mois de Ramadhan jusqu'à sa mort. Après sa mort, ses femmes continuaient à la faire.[8]

Le versement de l’aumône DE LA RUPTURE DU JEÛNE ( la Zakat El Fitr )

Ceci est une obligation pour tout musulman, et en voici une preuve d’après le Hadith d’ibn ‘Omar (Qu’Allah l’agrée) : «Le Prophète a rendu obligatoire l’aumône de la rupture du jeûne (Zakat el Fitr) par un sâa’ (environ 3kg) de dattes ou un sâa’ d’orge. Elle doit être faite pour chaque individu libre ou esclave, mâle ou femelle, petit ou grand parmi les musulmans. Et il a ordonné qu’elle soit remise avant la prière ( de l’Aïd ). » [9]
REMARQUE : Précisons que le « sâa’ » n’est pas forcément constitué de dattes ou d’orge mais il peut être constitué d’aliments propres au pays où l’on se trouve. (Recherche de abou Hajar)

AU MOMENT DE LA RUPTURE DU JEÛNE

Allah a institué des règles à suivre pour le jeûneur qu’il conviendra d’observer lors de la rupture de son jeûne : Qu’il rompt le jeûne avant de prier.
Qu’il rompt le jeûne avec des dattes mûres et fraîches, s’il n’en trouve pas alors avec des dattes sèches ou sinon avec une gorgée d’eau. Anas (Qu’Allah l’agrée) a dit que le Messager d’Allah rompait son jeûne par quelques dattes mûres avant de faire la prière. S’il n’en trouvait pas, il se contentait de petites dattes simples. Puis s’il n’en trouvait pas, il buvait quelques gorgées d’eau.[10]
Qu’il dise l’invocation de la rupture du jeûne. D’après ibnou ‘Omar (Qu’Allah l’agréé), lorsque le Prophète rompait son jeûne, il disait cette invocation : "La soif s'est en allée, et les veines se sont remplies et la récompense est présente par la volonté d'Allah. "[11]
Qu’il demande à Allah ce qu’il veut dans ses invocations comme bien de ce bas monde et de l’au-delà, et les meilleures des invocations sont celles qui les rassemblent et celles du Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) qui ont été authentifiées.
Qu’il ne manque pas de faire la prière du Maghreb en commun à la mosquée après qu’il ait rompu son jeûne d’une datte tendre ou autre chose. Lorsqu’il a terminé sa prière, qu’il revienne à son repas. D’après l’ouvrage de abou Malik, déjà cité. Oummou Mou’adh.

Le mérite des six jours du mois de Chawal (après le RamadHan)

D’après abou Ayoub al Ançari (Qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Celui qui jeûne le mois de Ramadhan puis le fait suivre de six jours du mois de Chawal, son jeûne est considéré comme étant un jeûne continuel. » [12] Il faut préciser, d’après la parole de cheikh ibn ‘Outheïmine, que pour bénéficier des bienfaits de ces six jours, le musulman doit avoir au préalable rattrapé ses jours de jeûne du Ramadhan s’il en devait.
Abou Hajar

 

[1] Rapporté par al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi, Nassaï et ibnou Maja. [2] Rapporté par ibnou Hibban, voir sahih al-jami’ n° 2945. [3] Rapporté par al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi, Nassaï et ibnou Maja. [4] Rapporté par abou Dawoud et al Hakim. [5] Rapporté par al Boukhari et Mouslim. [6] Rapporté par al Boukhari, Mouslim et Tirmidhi. [7] Rapporté par al Boukhari et Mouslim [8] voir al Boukhari et Mouslim. [9] Sahih al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi, abou Dawoud, Nassaï, ibn Majah. [10] Hadith -Sahih rapporté par abou Dawoud et Tirmidhi. [11] Hadith Hassan ( bon ) : rapporté par abou Daoud, voir Sahih el jami’, vol. 4/209 [12] Rapporté par Mouslim, abou Dawoud, Tirmidhi, ibn Majah, voir SahihSounane abi Dawoud n° 2125 Continuel : c’est à dire comme s’il avait jeûné toute sa vie

Texte n°10
La prière nocture : At-Tarawih
PERFORMER LA PRIERE DE TARAWIH
Altarawih est une prière que l’on performer pendant les nuit de Ramadan volontairement, en passant une partie de la nuit en prière. Le prophète qu’Allah le bénisse et le salue incita les croyants à observer cette prière quand il dit : « Celui qui fait la prière du tarawih pendant les nuits du Ramadan poussé par sa foi et en comptant sur la récompense divine, ses péchés antérieurs lui seront pardonné ».
Aicha qu’Allah l’agrée rapporte : "Une nuit de Ramadan le prophète qu’Allah le bénisse et le salut fit la prière du tarawih dans la mosquée et quelques personnes firent la prière avec lui, la nuit suivante, beaucoup de gens vinrent prier avec lui, la troisième ou la quatrième nuit les gens se rassemblèrent mais il s’abstint de sortir et ne les rejoignit pas, alors au matin il leur dit : « j’ai vu ce que vous avez fait. Ce qui m’a empêché de vous rejoindre, c’est que j’ai craint que cette prière de tarawih devienne une obligation pour vous »
Il est rapporté dans un hadith authentique que la prière volontaire de la nuit Al Tarawih consiste en onze "raka’at" unités, et que la formule terminale de salutation « taslim » doit être prononcée après chaque deux raka’ah unités.
On a questionné Aicha qu’Allah l’agrée au sujet de la prière du prophète qu’Allah le bénisse et le salue pendant les nuits du Ramadan ou à n’importe quel moment. Il est rapporté que Oma Bin Alkattab qu’Allah l’agrée à ordonné à obay Bin Ka’ab Et Tamin Al Dary de présider à la prière volontaire de nuit Al Tarawih sans excéder le total de onze raka’ah unités. Mais il n’y a pas de mal a excéder le total de onze raka’at unités, car quand on a questionné le prophète qu’Allah le bénisse et le salut au sujet de la prière volontaire de nuit Al Tarwih il a dit : « la prière de nuit se fait deux raka’at unités par deux, et quand l’un de vous craint le lever de l’aube qu’il termine sa prière par une raka’at unité du witr. »
Mais il est recommandé, que le nombre des unités raha’at de cette prière n'excède pas le nombre traditionnel, est de faire la prière complètement et sans être pressé en performant la prière car ça peut la rendre invalide. En effet, on a remarqué que quelques Imam en président la prière de nuit agissent trop vite, ils ne doivent pas, car un Imam ne prie pas seul, aussi il ne doit pas la faire en vitesse, en vérité, il doit la faire raisonnablement sans être pressé en donnant aux prieurs derrière lui suffisamment de temps pour performer la prière correctement.
Les musulmans sont incités à performer le tarawih sans perdre de temps en se déplaçant d’une mosquée à une autre, et il est recommandé de faire la prière avec l’Iman jusqu'à la fin, en faisant ceci la récompense est bien gagnée par la grâce et la miséricorde d’Allah l’exalté.
Quant aux femmes musulmanes, il est recommandé qu’elles participent en faisant la prière de nuit "Tarawih" à la mosquée, à condition qu’elles soient habillées complètement, respectueusement, et qu’elles ne soient pas parfumées
tiré du site http://www.sourceislam.com http://www.darwa.com/forum/showthread.php?t=8934
PS : Selon l'avis de cheikh al 'Otheymine  le mieux pour la femme est de prier les tarawih chez elle avec des femme de la famille ou des voisines.
La Prière du Tarâwîh est-elle une Sounnah ou bien une innovation ?
SHeikh Muhammad Ibn Sâlih Al-'Uthaymîne
Question : La question que l'on peut se poser est, est-ce qu'il s'agit d'une Sounnah de 'Umar Ibn al-Khattâb (radhiallâhu 'anhu) ou de la Sounnah du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) ?
Réponse : Certaines personnes ont affirmé que c'est une Sounnah de 'Umar (radhiallâhu 'anhu). Et ils soutiennent qu'il ['Umar] avait donné à « 'Ubay Ibn Ka'ab et à Tamîmân ad-Dârî l'ordre de diriger une prière de 11 Raka'at pour les gens » et que :
« Quand il est sortit au cours d'une nuit, et qu'il trouva les gens entrain de prier, il dit : « quelle belle innovation ! » [ni'mat ul-bid'ah hadhidî] ». Ces personnes affirme que ceci est la preuve que la pratique n'existait pas avant lui, et que cette façon de faire est une Sounnah de 'Umar et non pas une Sounnah du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam)
[…]
Cependant, ce dire est faible [dha'îf] et les auteurs [de ces paroles] n'ont pas tenu compte de ce qui a été rapporté de façon sûre dans les deux livres authentiques « as-Sahîhîn » et ailleurs, et selon quoi le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) :
« Consacra la prière avec ses compagnons pendant trois nuits puis s'absenta au cours de la quatrième nuit et dit [en guise d'explication] : « Je crains qu'elle ne vous devienne obligatoire » [1]. Aussi, ceci prouve que la prière du « Tarâwîh » repose authentiquement sur la Sounnah du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam), et que le Prophète a expliqué ce qui l'avait empêché de continuer de la sorte [à faire la prière], à savoir la crainte que cela ne devienne une obligation [pour la communauté].
Cette crainte passa avec la mort du Messager (sallallahu 'alayhi wa sallam) car celle-ci entraîna l'interruption de la révélation et l'impossibilité de nouvelles obligations. Et cette crainte, qui constituait la raison du non-maintien de cette pratique, passa, et la spécificité de la Sounnah prophétique de la prière demeura. [2]

Notes : [1] Rapporté par al-Bukhârî et Muslim [2] Kitâb « ach-Charh ul-Mumti' 'ala Zâd il-Mustaqni' » du SHeikh Muhammad Ibn Sâlih Al-'Uthaymîne, vol-2 p.37
http://darwa.com/forum/showthread.php?t=2573

Posté par Gini-Meryem à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 23 juin 2015

Ramadhan cours 7 et 8

90431159_p

Ce qui est permis pour le jeûneur

Compilation de fatawas

Nous allons énumérer certains points ignorés par de nombreuses personnes. Par crainte de nous attarder, nous nous limiterons simplement à donner les références des Hadiths voire leurs sens si nécessaire :

 Se laver pour se rafraîchir (en cas de chaleur, pour Janaba ou autres nécessités).
« Le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) versait de l’eau sur sa tête alors qu’il jeûnait à cause de la soif ou de la chaleur. »[1]


 Le rinçage de la bouche ainsi que l’aspiration de l’eau par les narines.
Le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « ... Insiste sur l’aspiration de l’eau ( par les narines) lors des ablutions sauf si tu es en état de jeûne. »[2]
A savoir, si par accident lors des ablutions, la personne venait à avaler de l’eau, ceci n’annulerait pas son jeûne.[3]


 La pratique des saignées (el hijama). On rapporte que :
« Le Prophète a pratiqué une saignée alors qu’il jeûnait. »[4]
Toutefois, il est bon de savoir que certains savants ont déduit par analogie ( Quiyès ) qu’il est permis de faire un don de sang ou un examen sanguin (ex : prise de sang ) à condition qu’il y ait nécessité et que ce soit une petite quantité telle que ce qui est prélevé dans une seringue. Si ces conditions ne sont pas respectées, cela risquerait d’annuler le jeûne.[5]
En ce qui concerne la saignée, elle est déconseillée (Makrouha) en cas de risque de faiblesse. On demanda au compagnon Anas (Qu’Allah l’agrée) :

« Détestiez-vous les saignées pour le jeûneur ? »
Il répondit : « Non, sauf par crainte de faiblesse. » [6]


Il en est de même en ce qui concerne le don de sang, il est préférable qu’il ne le fasse pas dans la journée sauf si cela est vraiment nécessaire.[7]


 Il est permis d’embrasser sa femme ou de lui faire une caresse.
Nous tenons à avertir que ceci concerne celui qui est capable de se retenir d’aller jusqu’au rapport charnel. L’épouse du Prophète(Paix et bénédiction d'Allah sur lui) ‘Aïcha (Qu’Allah l’agrée) a dit :
« Le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) embrassait et touchait ses femmes alors qu’il jeûnait et il était le plus à même de se retenir. »[8]

Remarque : Ce Hadith étant Sahih, il annule toute interprétation comme l’énonce la règle suivante : « Si la transmission est authentique, la raison en témoigne » [9]

Par conséquent, si la personne a un écoulement de « Madhi »[10] cela n’annule pas le jeûne mais nécessite le lavage de la partie ainsi que le nettoyage à l’eau de l’endroit souillé. De plus cette personne doit refaire ses ablutions si elle veut prier.

Cependant s’il s’agit du « Mani »[11], les savants ont divergé mais selon la parole la plus vraisemblable le jeûne n’est pas annulé, car selon un Athar[12], on questionna Jaber ibn Zaïd sur un homme qui éjacula pendant le mois de Ramadhan après avoir regardé sa femme avec un fort désir :
« A-t-il annulé son jeûne ? Non, répondit-il, qu’il continue son jeûne ».



 Le fait de se réveiller en état de pollution [13]
«... le Fajr se levait alors que le Prophète était en état d’impureté majeur (« Janaba ») »[14] Certains savants ont déduit de ce Hadith que celui qui se réveille pour la prière de l’aube en état d’impureté, il lui suffit de se laver et de jeûner normalement.

Il en est de même pour les femmes atteintes de menstrues ou de lochies s’interrompant juste avant l’aube. Quant aux hommes, ils doivent s’empresser de se laver, si possible avant la prière du Fajr pour leur permettre de participer à la prière en commun. Par contre, il n’est pas permis de reculer le lavage ainsi que la prière jusqu’au levé du soleil.
Quant à celui qui fait une sieste durant la journée du jeûne, et qui se réveille en état de « Janaba», son jeûne est toujours valable car cela est contre son gré. Il lui suffira simplement de se laver[15].



 Il est permis de faire le « Wissal » jusqu’au Souhour[16]
Le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit :
« Ne faites pas le jeûne continuel ( el Wissal ). Si l’un d’entre vous veut continuer, alors qu’il continue jusqu’au Souhour ».[17]
Quant au Wissal que pratiquait le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) qui consistait à jeûner plusieurs jours consécutifs sans aucune interruption, ceci est particulier au Prophète et il n’est autorisé que pour lui.


 Le Siwak ( frottoir à dents ), le parfum, les pommades, le noir pour les yeux (Khôl), le Henné, les gouttes pour les yeux et les oreilles ainsi que les piqûres ( injections non nutritives ) et avaler sa salive.
L’origine de tout cela est la permission car si cela était interdit pour le jeûneur, Allah nous en aurait informé et de plus le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) nous en aurait averti. Allah a dit dans le Coran : Traduction relative et approchée : " Et ton seigneur n’oublie point." S19 V64

· Quant aux piqûres, elles sont de deux sortes :
Celles destinées aux soins et celles qui sont nutritives (qui vont alimenter l’organisme telle que la perfusion). La première catégorie n’annule pas le jeûne alors que la seconde l’annule car indirectement elle remplit la fonction nutritive, elle est considérée comme de la nourriture que l’on consomme par voie naturelle. A ce propos, il est dit religieusement : « Si le sens est prouvé, qu’importe la forme ».[18]

· Pour ce qui est de la permission du noir pour les yeux :
Il est rapporté que Anas (Qu’Allah l’agrée) se fardait les yeux en jeûnant.
L’Imam Chafi’i l’a autorisé ainsi que le « Prince des croyants » dans la science du Hadith, el A’mach qui a dit : « Je ne connais personne parmi nos amis (les savants) qui répugnaient (Makrouh )le Khôl pour le jeûneur. »

Nous allons énumérer les références de certaines réponses citées dans le livre « Fatawa Siyyam » classées selon les grands «Mouftis » : [19]
Cheikh ibnou Baz (les gouttes pour les yeux et les oreilles : p. 43 ; avaler sa salive : p.38)
Cheikh ibn ‘Outheïmine (le parfum : p. 43 ; le Hénné : p. 45 ; le Siwak : p. 39)
Cheikh ibn Djibrine ( la pommade : p. 41)

Abou Hajar



Cas particuliers

1/ Le malade, le voyageur :
Question : Est-il permis à celui qui tombe malade (maladie temporaire) ou qui voyage pendant le Ramadan de rompre le jeûne ?
Réponse : Oui, Allah dit :Traduction relative et approchée :
"...quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal de jours..."S2 V184



2/ Celui qui est incapable de jeûner :
Question : Qu’en est-il des vieilles personnes, des malades (incurables) étant dans l’incapacité de jeûner ?
Réponse : Celui qui est dans ce cas doit, par conséquent, donner à manger à un pauvre pour chaque jour non jeûné. La preuve à cela réside dans le verset suivant : Traduction relative et approchée :
"...Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter, il y a une compensation : nourrir un pauvre." S2 V184

Et ibn ‘Abbas (Qu’Allah l’agrée) a dit :
« Ceci n’est pas abrogé mais s’applique plutôt au vieillard et à la vieille ainsi que le malade chronique, la femme enceinte et celle qui allaite... »[20]
Il faut donc savoir que la compensation (Fidya) fut abrogée pour ceux qui ont la capacité de jeûner.


3/ Rompre ou jeûne malgrés le voyage ou la maladie :
Question : Qu’est ce qui est le plus méritoire pour le malade et le voyageur, la rupture ou le jeûne ?
Réponse : Si le voyageur ainsi que le malade n’ont aucune peine à jeûner, le jeûne est préférable. Cependant, s’ils peinent à jeûner, la rupture leur serait préférable (Afdal). La preuve est extraite du récit dont le sens est le suivant : Lors des batailles en compagnie du Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) pendant le Ramadhan, certains compagnons jeûnaient et d’autres pas et nul ne faisait grief à l’autre. Mais ils voyaient que celui qui avait la capacité de jeûner, cela était mieux et voyaient que celui qui se sentait affaibli, la rupture lui était préférable. [21]
Bien sûr, une fois la situation passée (voyage ou maladie) le jeûneur doit s’empresser de rattraper ses jours et ne pas attendre le Ramadhan prochain car il ignore à quel moment la mort peut survenir...



4/ La femme enceinte :
Question : Qu’en est-il de la femme enceinte et de celle qui allaite ?
Réponse : Ibn ‘Abbas (Qu’Allah l’agrée) a dit :
« Si la femme enceinte craint pour sa personne et celle qui allaite craint pour son enfant pendant le Ramadhan alors qu’elles mangent et qu’elles donnent à la place pour chaque jour non jeûné à manger à un pauvre et qu’elles ne rattrapent pas les jours non jeûnés.»[22]

Le fait qu’elles ne rattrapent pas les jours est l’avis le plus fondé, d’ailleurs il est celui d’ibn ‘Abbas et d’ibn ‘Omar et on ne leur connaît point de divergence parmi les compagnons.[23]


5/ S'endormir et ne pas connaitre le début du ramadhan :
Question : Que doit faire l’homme qui s’est endormi sans savoir que la nouvelle lune fut aperçue (il devrait donc jeûner le lendemain) et qui par conséquent ne jeûna pas ce jour ?
Réponse : Cet homme, qui n'a eu connaissance du début du mois de Ramadhan qu’après le Fajr doit passer le restant de la journée à jeûner, et il se doit également de rattraper ce jour de jeûne. Ceci est l’avis de la majorité des savants, sauf pour ibn Taymiya qui dit :
« L'intention suit la connaissance, or cette personne ne savait pas, donc elle est excusable car elle était ignorante donc si elle débute son jeûne à partir de l'instant ou elle sait alors son jeûne est correct et il ne lui incombe pas de rattraper ce jour » .[24]



6/ Passer des examen :
Question : Une personne peut-elle rompre son jeûne car elle passe des examens ?
Réponse : Ceci est une erreur et ce n'est pas permis, car le fait de passer des examens ne justifie pas l’interruption de son jeûne. De plus la personne a la possibilité de réviser le soir et elle n'est pas dans l'obligation de rompre son jeûne. Cette personne doit se repentir et rattraper ses jours si elle était ignorante à ce sujet.[25]


Rédigé par Abou Hajar


Notes :
[1] Hadith authentique. réf. le Sahih Sounane abi Dawoud n°2072
[2] Hadith Sahih ref. Sounane abi Dawoud .
[3] Voir la réponse de Cheikh ibnou ‘Outheïmine dans Fatawa as Siyam p. 38.
[4] Hadith Sahih Rapporté par al Boukhari et Tirmidhi. ref. Sounane abi Dawoud n° 2079.
[5] Voir la réponse du Cheikh ibnou Djibrine, p.41 Fatawa as Siyam
[6] Hadith Sahih, al Boukhari.
[7] Avis tiré du livre « El Wajiz » de ’Abdoul ’Adhim al Badawi
[8] Hadith Sahih rapporté par al Boukhari, Mouslim, abou Dawoud et Tirmidhi.
[9] Tiré du livre as-Sabil.
[10] Le Madhi est le liquide transparent apparaissant après l’excitation
[11] Le Mani est le liquide spermatique
[12] Texte, récit d’un pieux prédécesseur.
[13] A cause d’un rapport charnel durant la nuit du Ramadhan ou bien à cause d’un rêve érotique.
[14] Extrait du Hadith authentique rapporté par al Boukhari, Mouslim, abou Dawoud et Tirmidhi.
[15] Résumé de la réponse du Cheikh ibnou Baz, p. 51 « Fatawa siyam »
[16] C’est le fait de ne manger qu’au Souhour uniquement
[17] Extrait du Hadith rapporté par al Boukhari et abou Dawoud.
[18] Voir la réponse du Cheikh ibnou ‘Otheïmine page 42 du livre « Fatawa Siyam ».
[19] Toutes les « fatawas » énumérées lors de ce travail sont des résumées, ne disposant pas d’assez de place pour les écrire en totalité.
[20] Sahih, voir « El Irwa / 912 » également dans Sahih al Boukhari .
[21] Hadith Sahih de Mouslim et Tirmidhi n°574
[22] Sahih : voir ce qu’a dit Cheikh El Albani dans El Irwa, vol. 4, p. 19 jusqu'à At-Tabari ( 2758 ) et la chaîne est authentique d’après les conditions de Mouslim.
[23] Pour celui qui désire approfondir ce sujet, qu’il retourne au livre Sifat sawm an-nabi fi Ramadhan, d’après Salim al Hilali et ‘Ali Hassan el Halabi.
*Ce qui est entre crochet est un ajout de oummou Yassir
[24] Traduction de la réponse de cheïkh al ‘Otheïmine, Majmou’Fatawa (P.474)
[25] Traduction de la réponse de cheïkh al ‘Otheïmine, Majmou’Fatawa ( P.492)


http://www.al.baida.online.fr/ce%20qui%20est%20permis%20pour%20le%20jeuneur.htm

 

Le Comportement du jeuneur
Le mois du Ramadhan est un mois où les gens pieux, ceux qui craignent Allah et qui s’humilient à Lui se concurrencent dans les œuvres de bien, de jour comme de nuit, et dans les mérites que représente ce mois-ci et où les pêcheurs s’incitent à l’obéissance et au retour vers Allah. Et quel bien pour celui qui a jeûné le jour, qui a prié la nuit et qui a donné Son droit à Allah comme Il lui a indiqué !!!

Allah a institué à Ses serviteurs des règles à suivre, et il convient d’y porter une grande attention. Parmi ces règles , il y a :

1 - L’effort dans la diversité des adorations et dans la lecture du Coran.

2 - L’augmentation des aumônes aux pauvres et aux nécessiteux.

3 - L’assiduité à la prière de la nuit en commun.

4 - L’augmentation des actes d’adorations dans les dix derniers jours de ce mois.

5 - Le fait de préserver sa langue du verbiage futile.

6 - Le fait de pardonner les erreurs de nos frères musulmans ainsi que leurs offenses.

7 - Le fait de s’éloigner de celui qui cause du tort et de lui dire en cas de préjudice : « Je jeûne ! ». Dans un Hadith divin (Qoudoussi), d’après abou Houreïra (Qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah  (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Toutes les œuvres que le fils d’Adam accomplit sont pour lui sauf le jeûne, il est pour Moi ... Quand l’un de vous jeûne, qu’il s’abstienne de dire des grossièretés et qu’il n’élève pas la voix et qu’il n’agisse pas avec ignorance. Si quelqu’un l’insulte ou le provoque au combat, qu’il se contente de dire : «  Je suis en état de jeûne. » [1] 

Toujours d’après abou Horeïra (Qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Celui qui ne s’abstient pas des propos mensongers, ni d’agir avec tromperie, Allah n’a nul besoin qu’il se prive de nourriture et de boisson. » [2] 

8 - La rupture du jeûne doit être faite sans gaspillage ni parcimonie .

Source : D’après l’ouvrage de Cheikh abou Malik  Irchadou assarî ila‘ibadati albârî , Oummou Mou’adh

Posté par Gini-Meryem à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,