90431159_p
 La nuit du Destin
Quand survient la nuit d’Al-Qadr ?

Par les imams Al-Albani et Ibn Al-'Uthaimin

La Nuit d'Al-Qadr apparaît dans les dix dernières nuits de Ramadan pendant une nuit impaire (c'est-à-dire 21e, 23ème, 25ème, 27ème ou 29ème). Cependant les savants diffèrent quant à savoir si elle est fixée à une de ces nuits impaires chaque année ou si elle change chaque année à une nuit impaire différente. Ci-dessous sont les avis de deux de nos grands savants, Muhammad Ibn Salih Al-'Uthaimin et Muhammad Nasir-ud-Din Al-Albani (qu’Allah leur fasse miséricorde).
La Nuit d'Al-Qadr a une Date Fixée :
La meilleure nuit du mois de Ramadan est la Nuit d'Al-Qadr, selon la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam): "quiconque accomplit la prière de la nuit, la Nuit d'Al-Qadr avec une foi ferme et en cherchant la récompense, tous ses péchés passés lui seront pardonnés." [1]
Elle est sur la vingt-septième nuit de Ramadan selon l'avis le plus fort. Une majorité de ahadith montrent cela, y compris le hadith d'Ibn Zurr Hubaysh qui a dit : "j'ai entendu Ubay ibn Ka'b dire quand on lui a rapporté que ' Abdullah Ibn Mas'ud a dit : " quiconque accomplit la prière de la nuit (chaque nuit) pendant l'année trouvera la Nuit d'Al-Qadr. " Il (Ubay ibn Ka'b) dit :"Qu’Allah lui fasse miséricorde, son intention consistait en ce que les gens ne (deviennent pas paresseux) et comptent seulement (sur une nuit). Par Celui en dehors de qui il n’y a pas de divinité digne d'adoration, c'est en effet pendant Ramadan. Et par Allah je sais quelle nuit c’est. C'est la nuit dans laquelle le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) nous a commandé d’accomplir la Prière nocturne. Elle est la vingt-septième nuit. Son signe est que le soleil monte à son après le matin brillant sans rayons." Dans une version, elle est élevée à la parole du Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam). [2]
[L’imam Al-Albani dans son livre Qiyamu Ramadan (page. 18-19)]
:point:La Nuit d'Al-Qadr doit être cherchée :
La Nuit d'Al-Qadr est dans les dix dernières nuits de Ramadan, selon la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : "cherchez la Nuit d'Al-Qadr dans les dix dernières nuits de Ramadan." [Al-Bukhari et Muslim] Et elle survient dans une des nuits impaires plus probablement que sur les autres nuits, selon la parole du prophète (prières et bénédictions d’Allah sur lui): "cherchez la Nuit d'Al-Qadr dans les nuits impaires des dix dernières nuits de Ramadan." [Al-Bukhari] Et elle est plus proche des sept dernières nuits, selon le hadith d'Ibn ' Umar que : " Quelques hommes des compagnons du messager d'Allah ont vu la Nuit d'Al-Qadr en rêve pendant les sept dernières nuits (de Ramadan). Donc le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : "je vois que tous vos rêves s’accordent qu'elle (la Nuit d'Al-Qadr) est dans les sept dernières nuits. Ainsi quiconque veut la chercher, qu’il la cherche dans les sept dernières nuits." [Al-Bukhari et Muslim] Et c'est aussi basé sur le hadith de Muslim d'Ibn ' Umar que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : "cherchez-la dans les dix dernières nuits. Mais si l’un d'entre vous faiblit ou en est incapable, qu’il ne laisse pas les sept (dernières) nuits. "
Parmi les nuits impaires dans les sept dernières nuits, elle est plus proche de la vingt-septième nuit en raison du hadith de Ubay ibn Ka'b qui a dit : " par Allah, je sais quelle nuit c’est. C'est la nuit dans laquelle le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) nous a commandé d’accomplir la Prière nocturne. C'est la vingt-septième nuit" [Muslim]
La Nuit d'Al-Qadr n'est pas fixée à une nuit précise toutes les années. Plutôt elle change constamment. Ainsi un an elle pourrait survenir la vingt-septième nuit par exemple et autre année elle pourrait arriver la vingt-cinquième nuit, selon la volonté d'Allah et Sa sagesse. Ce qui nous amène à cela est la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam): "cherchez-la (c'est-à-dire la Nuit d'Al-Qadr) quand lorsqu’il reste neuf nuits, lorsqu’il reste sept nuits, ou lorsqu’il reste cinq nuits (c'est-à-dire respectivement la 21e, 23ème et 25ème sans mentionner la 27ème)."
Al-Hafidh Ibn Hajr a dit dans Fath-ul-Bari : "l'avis le plus le plus fort est qu'elle est une nuit impaire dans les dix dernières nuits et qu'elle change constamment."
Allah a caché la connaissance de son occurrence à Ses serviteurs par pitié pour eux pour qu'ils puissent augmenter leurs actions dans sa recherche pendant ces nuits honorables, en priant, faisant du dhikr et en invoquant. Donc ils ajoutent et augmentent dans la proximité d’Allah et Sa récompense. Et Il l'a aussi caché d'eux pour distinguer, ceux qui parmi eux luttent et font des efforts, de ceux qui sont paresseux et négligents. Jusqu’à ce que celui qui lutte constamment pour quelque chose, se manifeste dans sa recherche et se donne de la peine dans sa recherche et sa réalisation.
Et peut-être qu’Allah révèle son occurrence à certains de Ses serviteurs par des signes et des signaux, qu’il peut voir, de même que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a vu le signe qu'il serait prosterné dans la boue le matin suivant. Donc il a plut cette nuit et il a prié le matin (suivant) (Fajr) dans la boue.
[L’imam Muhammad Ibn Salih Al-'Uthaimin dans son livre Majalis Shahr Ramadan (pg. 106-107)]

Notes de bas de page : [1] Rapporté par Al-Bukhari, Muslim et d'autres d’après la narration d'Abu Huraira et par Ahmad (5/318) d’après la narration de ' Ubadah Ibn As-Samat. Le complément entre [...] lui appartient et à Muslim d'après Abu Huraira. [2] Rapporté par Muslim et d'autres et il référencé dans Sahih Abi Dawud (1247)
Article tiré du site Al-Manhaj. Com Traduit en français par les salafis de l’Est

 

Al I'tikaf (la retraite pieuse)
Al I’tikaf c’est le fait de rester dans la mosquée avec l’intention de l’adoration, mais s’il n’y a pas d’intention on ne pourra pas le considérer comme un I’tikaf et la personne qui l’aura fait n’aura pas de récompense, sauf si elle reste dans la mosquée dans l’attente de la Salaatcar le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « L’un d’entre vous est toujours en Salaat tant qu’il l’attend (la Salaat)et que c’est elle qui l’empêche de retourner chez lui. »


L’I’tikafest une Sounnah pratiquée et enseignée par le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) et ne devient obligatoire que lorsque le musulman en fait serment, car le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Que celui qui a fait serment d’obéir à Allah, lui obéisse. »[1] Et lorsque ‘Omar dit : « Ô messager d’Allah ! J’ai fait serment de faire l’I’tikaf une nuit à la mosquée sacrée. », alors le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) lui dit : « Acquittes-toi de ton serment ! ».[2]


Il y a de nombreux Hadiths qui prouvent l’authenticité de l’I’tikaf comme le Hadith de al Boukhari et Mouslim, d’après Aïcha qui dit : « Le messager d’Allah (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) faisait l’I’tikafles dix derniers jours du mois de Ramadhan jusqu’à ce qu’Allah prit sa vie. »
Mais l’I’tikaf n’est pas une obligation, car parmi les compagnons, il y en a qui le faisaient et d’autres qui ne le faisaient pas, et le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a bien dit : « Celui qui veut faire l’I’tikaf, qu’il le fasse les dix derniers jours (du mois de Ramadhan). »


L’I’tikaf peut être fait en dehors du mois de Ramadhan, mais il est préférable durant ce mois car le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) le faisait les 10 derniers jours de ce mois et lorsqu’une fois il l’a délaissé, il le rattrapa les 10 derniers jours du mois de Chawwal (mois suivant le Ramadhan)[3]
La raison pour laquelle le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) était constant dans l’I’tikaf les dix derniers jours du mois de Ramadhan, était qu’il recherchait la nuit du destin. La preuve de cela est le Hadith rapporté par Mouslim, où le Messager (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a fait une fois l’I’tikaf les dix premiers jours du mois de Ramadhan puis les dix jours suivants, et lorsqu’il apprit que la nuit du destin se situait dans les dix derniers jours du mois de Ramadhan, il y fut constant jusqu'à ce qu’il rejoignit son Seigneur. L’année de sa mort il fit l’I’tikaf les vingt derniers jours.


Celui qui fait l’I’tikafne doit pas sortir de la mosquée, sauf en cas de force majeure comme celui qui (en état d’impureté majeure après un rêve érotique) veut faire les grandes ablutions ou pour ses besoins et ceci lorsqu’il n’y a pas un lieu propice à cela dans la mosquée, de même que pour manger et boire et ceci s’il n’a pas de provisions ou qu’il n’y a personne pour lui en amener, de même s’il n’y a personne pour laver un mort et prier sur lui. Aïcha dit : « La Sounnah pour celui qui fait l’I’tikaf est qu’il ne sorte qu’en cas de force majeure. »
Celui qui a décidé de faire l’I’tikaf a décidé de faire une adoration et il ne doit l’arrêter qu’une fois qu’il a terminé les jours qu’il a eût l’intention de faire. Mais s’il sort sans aucune cause de la mosquée, il n’aura pas à le rattraper car l’I’tikaf est recommandé. C’est comme les autres adorations recommandées, tel que le jeûne surrérogatoire et l’aumône : si une personne a eut l’intention de donner une certaine somme, puis qu’il n’en donna qu’une partie seulement, il ne sera pas obligé de donner en aumône le reste. De même, s’il a décidé de jeûner un jour surrérogatoire puis qu’il le rompt en plein jour, il ne sera pas obligé de le rattraper. Mais il est quand même préférable de rattraper les adorations recommandées car le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) le faisait.
Il est Sounnah pour celui qui fait l’I’tikaf d’être en état de jeûne. Aïcha a dit : « Et la Sounnah pour celui qui fait l’I’tikaf est qu’il jeûne. »[4] Il faut savoir que le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) n’avait pas de rapport avec ses épouses ni ne les embrassait pendant son I’tikaf. Si quelqu’un en état d’I’tikaf a des rapports avec sa femme volontairement et sans qu’il ait oublié qu’il est en I’tikaf, son I’tikafsera annulé.
Mais s’il a embrassé son épouse ou l’a caressée, alors son I’tikafne sera pas annulé mais ce qui lui est demandé c’est de s’éloigner de toutes ces choses là. Allah a dit:

Traduction relative et approchée : "Mais ne cohabitez pas avec elles pendant que vous êtes en retraite rituelle dans les Mosquées."S2 V187 Et pour conclure, un dernier point important à savoir, c’est que l’I’tikaf ne se fait que dans les mosquées et seulement dans ces trois mosquées : La Mosquée sacrée à la Mecque, la Mosquée du Prophète à Médine, et la Mosquée al Aqsa à Jérusalem en Palestine.Le Prophète "_ a dit : « Il n’y a d’I’tikaf que dans les trois mosquées. »[5] 


Petite précision à ce sujet : Il est permis de faire l''Itikaf dans d'autres mosquées que les trois mosquées qui sont masjid al haram, masjid al nabawi , masjid al aqsa, à condition qu'on y prie la prière en commun. Chaykh ibn Uthaymine, entre autre, explique que le hadith de hudhayfa ibnul yaman " la i3tikaf illa fil masajidi al thalatha " signifie  que l' 'Itikaf  n'est réellement complète que dans ces trois mosquées par rapport à la noblesse, ses bienfait etc ... Ainsi, celui qui le fait dans une autre mosquée verra sa retraite pieuse valide mais elle ne sera pas complète comme si il l'avait faite dans une des Trois mosquées.
Et ceci est aussi  l'avis des imams musulmans dont  les quatre imams : l' imam Ahmed,l'imam Malik, l'imam Ash- shafi3i et abou hanifa , puis d' autres encore.

Sources :
Irchad Assari Ila ‘ibadati al baridu cheikh Mouhammad ibn Ibrahim Chaqrah, abou Malik. [3ème partie concernant le jeûne du mois de Ramadhan. P.100 à 109 ( l’I’tikaf)] La description du jeûne du Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui)pendant le mois de Ramadan. de Salim al Hilali et ‘Ali ibn Hassan ibn ‘Ali ibn Abdil Hamid al Halabi [P.91 à 95 ( l’I’tikaf )] Qiyam Ramadhan du grand savant le cheikh Mouhammad Naciroud-dine al Albani [P.34 à 41 (l’I’tikaf)] Recherche de ‘Abdoullah At-Tantany
[1] C’est à dire : qu’il s’acquitte de son serment, le traducteur. [2] Rapporté par al Boukhariet Mouslim. [3] Rapporté par al Boukhari et Mouslim [4] Rapporté par al Baïhaqui et il est authentiqe « Al irwa n°966 » [5] Hadith authentique rapporté par at-Tahawi, al Isma’ili et al Baïhaqui, d’après Houdheïfa ibn al Yamane « as-Sahiha n°2786 ».

Tiré de Al Baïda